Lifting et minilifting du visage et du cou

Le cou et le visage n’échappent évidemment pas aux marques du temps. Cela étant, les stigmates qui se manifestent à ces endroits ne sont pas une fatalité et aujourd’hui  certains traitements permettent de les gommer.

Le vieillissement du visage et du cou

Avant d’aborder les principales techniques de rajeunissement du visage et du cou, il faut comprendre les causes de ces disgrâces esthétiques qui s’installent de manière inéluctable.

L’ovale du visage

En premier lieu, la perte de définition de l’ovale du visage s’explique essentiellement par une moins bonne hydratation de la peau, cette dernière perdant de son élasticité originelle, ainsi que d’une ptôse des tissus. Dans le détail, la baisse d’hydratation est en partie liée à la rareté de l’acide hyaluronique, le ralentissement du renouvellement cellulaire est quant à lui responsable d’une peau moins ferme. La perte de poids et l’action des ultraviolets sur la durée peuvent également contribuer à l’affaissement du visage et à la constitution progressive de bajoues.

Les origines des autres stigmates

Ce sont ensuite les sillons naso-géniens, qui relient les ailes du nez jusqu’au coin externe des lèvres. Ils ont l’inconvénient de conférer un aspect très austère au visage. Outre le vieillissement naturel, ces “rides du sourire” peuvent être occasionnées par une perte de graisse malaire, favorisant le relâchement et la formation de ridules d’expression. À noter que l’héritage génétique rentre aussi en ligne de compte, certaines personnes sont malheureusement davantage prédisposées à leur apparition et leur éventuel caractère prononcé.

Les plis d’amertume comptent parmi les autres disgrâces qui trahissent le vieillissement, elles ont la mauvaise idée d’apparaître en moyenne vers 40 ans. Leurs origines ? S’ajoute entre autres à la ptôse de la graisse et le relâchement de la peau l’inéluctable vieillissement du système osseux. La contraction des muscles du visage, plus particulièrement du muscle DAO – qui tire la commissure labiale vers le bas – joue aussi un rôle dans la manifestation des plis d’amertume.

Les liftings du visage et du cou

Diverses techniques de médecine esthétique présentent des bénéfices rajeunissants tout à fait appropriés, elles sont notamment pratiquées par le Docteur Ziade, chirurgien esthétique à Montpellier.

Le lifting cervicofacial

Ce traitement a pour but de corriger les disgrâces inhérentes au vieillissement localisées sur la partie inférieure du visage et du cou. Cette intervention chirurgicale consiste à remodeler les structures profondes et superficielles du visage et du cou, pour garantir un résultat naturel et durable.

On n’envisage pas cette technique pour faire évoluer la forme ou l’aspect du visage. Parmi les principales indications du lifting cervicofacial, on compte notamment l’atténuation des sillons naso-géniens ainsi que des plis d’amertume. Il s’agit également de donner moins d’ampleur aux bajoues occasionnées par le relâchement de la peau et de traiter l’affaissement du cou ainsi que ses incidences (cordes, fanon).

En outre, cette chirurgie permet de traiter le double menton en partie causé par une surcharge de graisse en arrière du menton. Ce sont généralement les personnes qui avoisinent la cinquantaine qui bénéficient d’un tel traitement. Cela étant, des patients plus jeunes souffrant d’une laxité excessive de la peau sont aussi candidats à ce lifting.

Les conditions

La préparation au lifting, les gestes du chirurgien, la durée de l’intervention, le ressenti à la sortie du cabinet… Voici des éléments d’information concernant les conditions d’un lifting cervicofacial.

Avant ce lifting du visage et du cou

Lors des consultations qui précèdent l’intervention, le patient exprime ses souhaits avant que le chirurgien ne l’examine. Il s’agit notamment de présenter les bénéfices associés à la technique, mais également d’évoquer les risques qui restent extrêmement faibles. Ces rendez-vous sont aussi l’occasion de prendre des photographies médicales et de livrer au patient des consignes médicales à respecter impérativement, à l’image de l’arrêt de certains médicaments (anti-inflammatoires…) 10 jours avant l’opération.

La technique

À partir des incisions, le chirurgien procède à un décollement sous la peau. Puis son geste consiste à la remise en tension très soignée et mesurée du plan musculo-aponévrotique. En cas de perte de volume, il peut envisager une lipostructure (comblement par réinjection de graisse du patient). Est mise en œuvre a contrario une lipoaspiration en cas de surcharge graisseuse localisée. La peau est ensuite redrapée pour maintenir l’ensemble, sans traction excessive. Sachez que les incisions ont l’avantage d’être essentiellement masquées au pourtour de l’oreille et dans les cheveux.

Après le lifting cervicofacial

Les joues et les pommettes retrouvent leur volume, le cou est tendu par la correction conjointe des muscles et de l’excès de peau. Quid des suites ? Les personnes opérées rapportent peu de douleurs, qui peuvent être aisément calmées par des antalgiques. Une indisponibilité professionnelle de deux semaines est à prévoir. Les activités sportives sont quant à elles interrompues durant 3 semaines.

Le minilifting

Une autre pratique intéressante est le mini-lifting.

Le principe

Le mini-lifting est une intervention de chirurgie esthétique qui vise également à redéfinir les contours du bas du visage et du cou. En quoi se distingue-t-il essentiellement du véritable lifting ? L’absence de décollement cutané et les suites bien plus légères en font une intervention bien moins invasive. Cette opération de chirurgie esthétique contente notamment des patientes un peu plus jeunes, dont le relâchement de l’ovale du visage n’en est qu’à ses débuts. 

Les intérêts

Le mini-lifting a l’avantage d’accélérer le processus de guérison. Pas d’inquiétude si vous appréhendez l’intervention, elle peut avoir lieu sous anesthésie locale ou générale. Puisqu’elle est réalisée en ambulatoire, vous n’avez pas à passer ne serait-ce qu’une nuit à la clinique à l’issue de l’opération. En outre, les femmes qui font l’objet d’un mini-lifting n’ont pas à supporter de bleus et aucun pansement n’est posé au niveau des cicatrices. D’ailleurs, vous pourrez à nouveau sortir sous 10 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *