Le Granola aux olives et origan de Catherine Kluger

Ce week-end on a très envie de tester cette recette facile de granola salé aux olives et origan proposée par Catherine Kluger, fondatrice de deux marques de céréales bio sucrées et salées. Une recette parfaite pour donner du pep’s à vos préparations culinaires que ce soit juste en topping sur des salades ou en crumble sur des légumes rôtis. A vos casseroles !

granola maison
Granola aux olives et origan

Ingrédients pour le granola maison

  • 250 g de flocons d’avoine
  • 30 g de noix de cajou concassées
  • 30 g de noisettes concassées
  • 30g de graines de tournesol
  • 20 g de graines de sésame
  • 15 g de graines de lin
  • 10 g de graines d’amarante
  • 40 g d’olives dénoyautées grossièrement hachées
  • 50 g d’huile d’olive
  • 10 g de miel
  • Les blancs de 2 oeufs
  • 30 g d’eau
  • 1 c à s d’origan
  • 1 pincée de fleur de sel

La recette

1. Mélanger les flocons, les graines, les noisettes, les noix de cajou et les olives
2. Mélanger les blancs d’oeuf, l’huile, le miel, l’origan et la fleur de sel.
3. Incorporer le mélange humide au mélange sec.
4. Cuire 40 minutes à 140° en brassant le mélange toutes les 10 minutes. 

 

Les conseils et astuces de Catherine Kluger sur le granola 

Catherine Kluger qui propose de délicieux granola via ses marques SuperNature et Source nous livre ses conseils et astuces pour  les réussir chez soi.

Le Granola est un « muesli cuit », c’est-à-dire une base de flocons de céréales agrémentés de graines, de fruits secs oléagineux tels que noix, noisettes, amandes et éventuellement de fruits secs.

Au moment de la cuisson, le mélange céréales, oléagineux, graines est enrobé par un mélange humide qui permet à la fois de varier les saveurs et la texture pour la rendre plus ou moins agglomérée.

C’est à ce moment que l’on peut le customiser le granola y mettre du chocolat, de la purée de sésame ou de noisette, du café, du jus d’orange, des épices. Ou le transformer en mélange salé en remplaçant le miel par un peu de blanc d’oeuf et en ajoutant des épices comme le paprika fumé, du curry, du gingembre, du curcuma, …

Le mélange humide est souvent chauffé avant d’être incorporé au mélange sec afin qu’il soit le plus fluide possible. Les fruits secs doivent être ajoutés après cuisson car ils sont déjà partiellement déshydratés. Cet ajout peut se faire dans le granola à la sortie du four, ou à chaque consommation, directement dans le bol, afin de pouvoir varier les saveurs.

Une petite astuce pour concasser les noix et les noisettes est de les écraser avec le fond d’une poêle ou d’une casserole à fond épais. C’est très facile et rapide mais malheureusement cette méthode ne fonctionne pas avec les amandes qu’il faut hacher grossièrement au couteau ou avec un robot à hélice en procédant par pulsion afin de ne pas les réduire en poudre.

Pour obtenir une cuisson uniforme il faut régulièrement brasser le granola et toujours l’étaler en une couche uniforme pas trop tassée, sauf si l’on préfère obtenir des gros morceaux de granola à déguster du bout des doigts.

Une fois complètement refroidi, le granola se conserve plusieurs semaines, dans un bocal ou une boîte hermétique, à l’abri de la chaleur et de l’humidité.

Les ingrédients pour le granola

La variété d’ingrédients possible est très large et dans chacune des recettes, pour autant que le poids respectif du mélange sec et humide soit respecté, il ne faut pas hésiter à varier à l’envie les flocons, les graines ou à utiliser des noix, des noisettes à la place des amandes et vice-versa.

Chacun des ingrédients a un apport nutritionnel différent et il est intéressant de les faire varier pour équilibrer son alimentation. La céréale de base la plus souvent utilisée pour le granola est l’avoine sous forme de flocons qui permet d’éviter les fringales du milieu de matinée par sa digestion lente, son taux de fibre et son indice glycémique bas.

Des ingrédients variés

Il ne faut toutefois pas hésiter à varier les flocons : avoine, petit épeautre, épeautre, pois chiche, quinoa, châtaigne, riz, …

Les graines apportent des vitamines, des antioxydants et des sels minéraux, le mélange peut varier pour équilibrer les apports : courge, tournesol, sésame, lin, amarante, chia, fenouil, moutarde, pavot, coriandre, … Les fruits secs oléagineux apportent des lipides, des fibres, des minéraux et très peu de sucres : noix, noisettes, noix de cajou, noix de macadamia, noix de pecan, amandes, pistaches, …

Les fruits secs sont des fruits déshydratés (abricots, cranberries, figues, pommes, …) qui ont gardé toutes leurs vitamines mais également tout leur sucre, dont le taux de concentration est donc très élevé, c’est pourquoi il vaut mieux les consommer avec modération.

Pour éviter qu’ils ne soient trop secs, l’idéal est de les couper et de les ajouter au moment de les consommer. Il existe toute une série de « sucres » qui permettent d’éviter l’utilisation de sucres raffinés pauvres en nutriments et à l’indice glycémique élevé.

Là aussi il faut varier pour l’apport nutritionnel mais aussi pour le goût : miel, sirop d’agave, sirop d’érable, sirop de riz, mélasse de sucre, sirop ou sucre de coco, …

Privilégier les huiles (olive, colza, coco, ghee ou beurre clarifié, …) qui supportent la cuisson et éviter un apport trop important de graisses saturées. L’idéal est d’utiliser une huile au goût plutôt neutre si l’on utilise un « sucre » un peu corsé comme le miel de châtaigner ou le sirop d’érable et inversement une huile au goût plus prononcé comme l’huile d’olive, l’huile de coco, le beurre clarifié ou le ghee avec un sucre plus neutre comme le sirop de riz ou le sirop d’agave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *