L’énigme de la chambre 622, le nouveau roman de Joël Dicker

Aujourd’hui sort L’énigme et la chambre 622 de Joël Dicker. Avec ce 5ème roman, l’écrivain suisse, habitué aux best-sellers, nous tient comme d’habitude en haleine durant 600 pages.

Après nous avoir emmené aux Etats-Unis pour La Vérité sur l’affaire Harry Québert, vendu à 5 millions d’exemplaires et La disparition de  Stéphanie Mailer, c’est en Suisse, dans son pays natal, que Joël Dicker a posé l’intrigue de son livre. 
 

Une intrigue à rebondissement

Alors que le narrateur, également écrivain et prénommé Joël, souhaite écrire un livre sur Bernard de Fallois, son éditeur qui vient de mourir à 91 ans, l’auteur va se reposer quelques jours dans un palace à Verbier. Sur place, il est intrigué  de voir que la chambre 622 n’existe pas. Aidé par une charmante voisine de chambre, ils mèneront l’enquête pour découvrir qu’un crime non élucidé y a été commis 30 ans plus tôt.
 
L'énigme de la chambre 622 de Joël Dicker
 
Comme avec ses deux autres romans, le livre oscille entre le présent et le passé, et nous transporte au coeur de l’histoire qui a conduit au drame, dans le milieu des banques suisses. On y trouve des personnages plus ou moins sympathiques, un triangle amoureux, des coups bas et des trahisons, de l’espionnage, des luttes de pouvoir…  
 
Au cours de ces 600 pages, on joue au détective en essayant de deviner qui est le meurtrier mais aussi la victime, dont on ne découvre l’identité que vers la fin du livre. Chacune de nos suppositions et certitudes sont mises à mal au chapitre suivant, et cela jusqu’à l’épilogue et son rebondissement inattendu. En même temps, c’est assez normal puisque Joël Dicker avoue qu’il écrit sans plan, et sans savoir qui est le coupable.
 
Même si le livre aurait gagné en force avec une centaine de pages en moins, c’est un roman addictif qui se dévore comme un bon film policier et qu’on imagine d’ailleurs très bien adapté au cinéma.
 
L’énigme de la chambre 622 de Joël Dicker.
Éditions de Fallois, 576 pages, 23 €. 
 
 
 Arielle Granat
 
 
 

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *