Une journée solidaire avec SOS village d’enfants

Fleuron de la flotte Costa, le Costa Diadema a ouvert,  mi-décembre, ses coursives à des moussaillons de 7 à 18 ans issus des villages SOS Villages d’Enfants* à l’invitation de l’Association des Journalistes du Tourisme AJT.

 Photo Eric Beracassat/ Abaca.press

 

« Comment faites-vous pour faire un créneau avec un bateau si grand » a-t-il été demandé au commandant de bord venu les accueillir. Ou bien : « que se passe-t-il s’il y a un trou dans la coque du navire » ? « Mais qui dirige le navire quand vous êtes là avec nous ? ». Questions sérieuses liée à l’impressionnante taille de ce paquebot de 60 m de haut avec ses 19 ponts.

Mais interrogations vite oubliées avec l’enthousiasme suscité par la visite. C’est une chose de voir ces navires de l’extérieur, une autre de voir et de profiter de leurs équipements. Les salles de jeux vidéo, la salle de cinéma 4D, l’immense théâtre, les fontaines à chocolat, le petit personnage-robot à l’accueil, la discothèque ont fait forte impression. L’ascenseur panoramique aussi. Au grand restaurant, ils ont été accueillis comme hôtes de marque avec un menu gastronomique, parfois déroutant pour quelques exceptions à qui le personnel de bord s’est empressé de servir, de bonne grâce … les inévitables frites. La petite troupe est repartie avec un sac rempli de cadeaux et l’envie pour Idris « d’avoir un bateau comme celui-là plus tard », ou pour Inès de prendre ce même bateau pour aller voir tous ses cousins qui vivent à l’étranger.

Rêves de voyages qu’ont voulu partager les journalistes du tourisme dans l’espoir que l’horizon de ces enfants soit à l’inverse des accidents de la vie qu’ils ont connus trop tôt et que SOS Villages d’Enfants leur permet de surmonter.

*SOS Villages d’Enfants prend en charge depuis 60 ans des enfants sans soutien parental en France et dans le monde. Son objectif est de permettre à chaque enfant d’avoir une vie de famille, en accueillant des frères et sœurs sans soutien parental dans un village d’enfants SOS ou en renforçant la famille à l’aide de programmes de prévention de l’abandon. L’association permet aux fratries de grandir ensemble, dans un cadre de vie de type familial,  en s’appuyant sur une relation éducative et affective durable nouée avec une éducatrice familiale www.sosve.org.

Photo Eric Beracassat / Abaca.press

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *