Retrouver de vieilles copines ?

Two Female Teenagers Lying in Bed Wearing Eye Masks

On y a pensé plusieurs fois à retrouver de vieilles copines, de lycée par exemple, de celles des années qui comptent, des années de découvertes, des grandes premières fois … On y a pensé et puis un jour, voilà que justement une nous contacte sur “Copains d’avant”, sur Facebook et petit à petit ça se fait, cette re-rencontre, des années après, parfois dans un tête à tête, parfois de façon plus large : une petite soirée entre filles.

On y est, c’est le jour

On s’est mises sur notre trente et un, on a comme une appréhension : et si elle allait pas nous reconnaitre ?

On POURRAIT avoir beaucoup changé, même si, nous, au fond on trouve que pas tant que ça

Elle est là, c’est une dame maintenant : la jupe bien rangée, les lunettes, les cheveux plus blonds peut être… On s’embrasse, on rit sans trop savoir si c’est de plaisir ou de gêne et puis viennent les premières questions : tu es mariée, tu as des enfants, tu fais quoi comme boulot ? , les premiers compliments : tu as pas changé, je t’aurais reconnue de suite, c’est dingue !

Et puis LES SOUVENIRS : tu te rappelles le prof de maths, la tête qu’il avait et la fois où la prof d’anglais t’a demandé comment on disait : ” le deuxième ? ” et tu as répondu “the tooth” et dans la foulée comme tout le monde riait, tu t’es sentie pas bien, tu te souviens ? et le type avec qui tu sortais ? comment il s’appelait déjà ? Jacques Coeur ! NOOOOOn, j’y crois pas , un nom pareil, si c’était pas prédestiné … etc, etc et le temps passe, et on égrène tous ces vieux trucs, et un temps, on a de nouveau 17 ans, la peau grasse, de l’acné, on est de nouveau des babas cool en jean et tunique indienne. … UN TEMPS… Et après… Après… Il y a 40 ans qui se sont passés entre les deux moments ; et il faut une jolie coïncidence pour qu’il y ait un après, car là , on commence à sécher et à regarder autour de soi, à chercher du secours autour de soi , à espérer que notre téléphone se mette à sonner pour amener du présent dans toutes ces vieilleries ressassées.

On se “refait” la bande de copains, et on commence à aligner les noms de ceux qui sont plus là , dont on a entendu dire que … et c’est triste, ça jette un froid. La conscience du temps se fait plus aiguë. La distance, qu’on appréhendait et dont on avait fini par penser là, dans le rappel des moments vécus ensemble, qu’elle n’existait pas, se fait sentir d’un coup. C’est si loin tout ça … on finit par dire, et presque on en soupirerait. Et sinon ? C’est quoi tes projets ? On rame, il faut bien le reconnaitre. Cette femme au sourire un peu triste est grand-mère à présent, comme nous. Alors on se quitte en se promettant de ne plus se perdre de vue, de se donner çà et là des nouvelles, et au fond on sait qu’on ne le fera pas, que c’est fini.

Mais parfois Il y a quelque chose qui se passe, et j’ai envie d’écrire, de NEUF… parfois, cette femme chez qui on peine à retrouver l’adolescente effrontée d’autrefois, c’est comme un souffle d’air frais qui arriverait.. Bien sûr, il y a ce passé commun, mais surtout des trajectoires de vie communes, une façon d’être et de penser qui nous correspond et on retrouve, différemment certes, une connivence. Un lien se refait par dessus les années,  une re-connaissance, c’est une nouvelle amie, pas une copine, non, ça c’était avant, qu’on vient de se faire, avec une nouvelle histoire à écrire ensemble. Et vous, vous en avez encore de vieilles copines ? Ou vous en avez retrouvées ces dernières années ? Racontez nous !

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

8 Comments

  • Les vieilles copines de lycée, j’en vois toujours, mais le contact n’a jamais été rompu, même s’il a pu se passer des années sans qu’on se voit. Du coup, quand on se retrouve, il n’y a pas un gouffre entre nous.

    Par contre, les personnes que l’on a totalement perdu de vue et que l’on revoit, c’est vrai que là, la limite est vite atteinte. Souvent, on a suivi des chemins très différents et on n’a plus grand chose à se dire, une fois qu’on a raconté sa vie.

    • oui, je me souviens d’une idée qui nous était venue : réunir toutes celles qui avaient en terminale, ( en l’an zéro :), et là gros fiasco… passés les premiers instants où on s’interroge sur le boulot, les enfants,la vie sentimentale et bien on a ramé et pas réitéré la chose …:)

  • Tout à fait vrai……. C’est tout à fait comme ça que ça se passe……
    On pouvait super bien s’entendre il y a 40 ans et maintenant nous n’avons plus rien en commun……. ou alors on s’entendait sans plus et là….. quelquechose de merveilleux passe…..
    Alors je dirais qu’il est nulle besoin après 40 ans de retrouver ses amies d’avant….. Mais plutôt qu’à cet age nous pouvons encore trouver de supers amies…… et pourquoi pas ses meilleures amies…….
    Je dis ça parce que ça m’est arrivée il y a presque 2 ans……..

    • oui, l’amitié pour exister se nourrit de similitudes d’affinités, de façons de voir la vie, les choses, il faut un terreau commun il me semble , ou une période commune bref un lien , et ce lien disparu voilà que les choses doivent être repensées et c’est souvent simplement fini 🙂

  • Oui ! En Allemagne, on aime bien retrouver les anciens de l’école. Parfois c’est organisé par l’école, mais souvent c’est organisé par un ou une des anciens de la classe. Tant d’années ont passé depuis le bac, mais nous avons toujours autant de plaisir à nous retrouver.
    Tous les deux ans environs, nous nous retrouvons pour passer une journée ensemble. C’est vrai, il y a certaines, à qui on a plus rien à dire, d’autres que l’on découvre, et le “noyaux dur”, les vraies, avec qui la soirée se termine très tard…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *