Aimons nos pieds !

Aimons nos pieds !

Aimons nos pieds_Les Boomeuses_Louboutin

On les a, toutes ces saisons froides,  tellement torturés dans toutes sortes de chaussures, on a tellement fait fi de leur confort pour les obliger à se tenir tout cambrés, avec 12 cm sous le talon, compressés dans des escarpins en forme de nez d’espadons, contraints dans des chaussures de ski à grands renforts de « clic » et « clac » de métal, rognés comme les photos avec des brides tous azimuts, serrés à la cheville comme le licol étrangle le cheval, enfermés dans des bottes jusqu’aux genoux sans possibilité d’entrevoir une quelconque lueur du jour, serrés dans des chaussettes parfois dépareillées, moulés dans du nylon où ils se sont retenus de suer, étranglés, contraints et pire encore : ignorés…

Et les voilà au sortir du long hiver, tout penauds de se montrer dans leur maigreur blafarde, anémiés, souffreteux pour certains, rougeauds et boursouflés pour d’autres, exposés dans la cruauté des beaux jours…

On les voudrait tout jolis, comme un ornement supplémentaire, c’est tellement difficile d’avoir de beaux pieds, et on les redécouvre avec un gémissement :  » Il va falloir s’occuper d’eux »… On leur en voudrait presque de ne pas être plus autonomes dans leur entretien…

Crémés et enfouis le soir dans des chaussettes pour que rien ne s’échappe de l’onguent, ils commencent en ce printemps qui s’annonce,  leur cure de jouvence ; visite chez le pédicure qui se charge de supprimer les yeux de perdrix, les cors, de râper les talons, éliminer la corne, polir les ongles, virer les cuticules… Considérés enfin un à un, les doigts se détendent, s’étirent, se départissent les uns des autres jusqu’à retrouver leur identité : l’hallux, le secundus, le tertius, le quartus et enfin le plus petit, le quintus, celui qui s’était habitué à se dissimuler derrière son voisin jusqu’à en prendre une forme un peu aplatie, celui qu’on peine à redresser. Mais ce n’est qu’illusion, ce semblant de paix trouvée car il leur faut faire honneur désormais au corps qu’ils trimbalent : s’exhiber dans des mules dont la mince lanière doit à elle seule générer un équilibre,  des sandales, des tongs en caoutchouc, des espadrilles en tissu, passer ainsi du mépris à la considération toute égocentrée de leur « propriétaire ».  Il va leur falloir, l’été durant, mordre la poussière des chemins empierrés, cuire sur le sable brûlant, transpirer dans des chaussures qu’on verrait plutôt dans des scénario hard que dans la rue, se ratatiner tout flétris dans le chlore des piscines, supporter un verni cache-misère, se parer des couleurs bizarres qu’auront crachées les semelles dans le frottement de la marche. Ils auraient envie de crier qu’on les laisse enfin aller nus et libres dans l’herbe verte,  qu’on leur accorde une petite demi-heure par jour d’inversion d’apesanteur, qu’on les masse, qu’on les regarde avec reconnaissance, eux qui souffrent tant.

Le pied élégant, c’est du travail et de l’attention, non ?

 

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

 

Lire aussi : mais quelle vieille dame on va être ? 

 

 

Photo © Louboutin

3 Comments

  • Voilà un article bien tourné ! Et même si on s’en occupe toute l’année, c’est vrai que à la sortie de l’hiver, il faut les faire plus neufs encore . Pour ma part je vais régulièrement les faire soigner chez le pédicure, je préfère plutôt que les instituts car c’est plus complet et professionnel et somme toute ça revient moins cher 🙂
    à mercredi pour vous lire, c’est devenu mon rendez vous de la semaine!
    bon we à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *