Soleil et plage toute l’année, Fuerteventura vous attend

Vamos a la playa ! Si vous êtes plagiste convaincue, vous ne serez pas déçue. L’île de Fuerteventura aux Canaries regorge de plages: elles seraient au nombre de soixante- dix- sept. Vous pouvez même choisir votre sable : blanc, beige, noir. Et un grand nombre de plages sauvages, non organisées si c’est votre rêve.

N’allez pas chercher sur cette terre volcanique posée sur l’Océan, un Léonard de Vinci caché ou une cathédrale gothique à visiter. Non, ici vous venez pour randonner, vous baigner ou surfer, vivre les coutumes locales, vider votre tête des soucis quotidiens.Et vous délecter de poissons, de salmonejo (sorte de gaspacho à base de mie de pain) ou de ces délicieuses petites pommes de terre qu’on mange avec leur peau salée blanchie par le sel de mer et, bientôt, du jambon de chèvre, spécialité en cours de création. On peut encore aller à la découverte de l’île à travers ses 252 km de chemins de randonnée balisés et même gravir le Pico de Zarza, dont le sommet , le plus haut de l’île est perché à 800 m. En chemin, à travers cette île, la plus longue des Canaries (210 km de long) vous croiserez des champs d’aloe vera, d’oliviers et des troupeaux de chèvres. Avec, en moyenne, mis bout à bout, 15 jours de pluie par an, il serait surprenant qu’elle vous tombe dessus et la température y est douce toute l’année. Cela fait des Canaries en général, une destination proche où on peut aller se réchauffer n’importe quand.

plage à Fuerventura
Plage à volonté au bord des 8 km de dunes de Coralejo ©Evelyne Dreyfus

Fuerteventura, un succès lancé par Willy Brandt

C’est une histoire peu banale qui a suscité l’intérêt touristique pour cette île espagnole tranquille, à hauteur du Maroc et à une encablure de sa voisine Lanzarote distante de seulement 14 km au Nord. L’essor de l’île date des années 1970. En 1972, les médecins du chancelier allemand Willy Brandt lui avaient recommandé d’aller séjourner dans un climat sec et chaud à la suite de son cancer ce la gorge. La première option fut la Grande Canarie déjà très touristique. Trop pour assurer sa tranquillité relative. Le choix s’est porté sur Fuerteventura où, à l’époque, il n’y avait rien ou presque sauf un seul hôtel dans le Sud de l’île et pour circuler, l’âne demeurait le moyen de locomotion privilégié. Le séjour du chancelier a vite fait venir vers lui des hommes d’Etat puis des citoyens allemands. Le premier charter arrivait en 1973. Aujourd’hui, l’île compte quelque 100 000 habitants et… 2,5 millions de touristes par an dont, toujours, beaucoup d’Allemands. C’est devenu aussi un lieu de tournages de films (Marvel, Wonder Woman) et Fuerteventura entend renforcer le tourisme rural et l’écotourisme. De coquettes maisons d’hôtes s’y développent d’ailleurs.

 

Fuerventura plage
Toute la richesse de l’aloe vera©Evelyne Dreyfus
fuerventura
Saunier dans les Salinas del Carmen ©Evelyne Dreyfus

 

 Shopping, plage et farniente

Pour l’heure ce sont plutôt les très gros Resorts qui peuplent les trois principales stations balnéaires bordées de « verdure touristique » (implantée artificiellement) comme l’exprimait avec humour le guide local. A Corralejo au Nord où se trouve aussi le magnifique parc naturel des dunes qui fait penser qu’on est dans le désert au bord de la mer. A la très touristique Morro Jable et sa plage de sable blanc. Ou à Costa Calma appréciée par les surfeurs notamment et les amateurs de sport nautiques. Boutiques, restaurants et bars de toute sorte y pullulent. Shopping assuré d’autant que les taxes sont basses. Et si vous tombez en périodes de soldes vous bénéficierez, en plus, de produits à moins 50 % du tarif local. Il y a donc largement de quoi s’approvisionner, sur place en parfums, tabacs, cosmétiques (en particulier ceux à l’aloe vera local), bijouterie etc.

plage au lever du jour en Espagne
Le jour se lève sur la plage de l’hôtel Rio Calma à Costa Calma©Evelyne Dreyfus

Pour qui n’aime pas la foule, on peut facilement trouver de petites criques sauvages et tranquilles. On peut aussi, avec bonheur, découvrir l’intérieur de l’île et ses terres volcaniques de lave noire et de lichens alternant avec des sables de toutes les nuances. Et visiter évidemment l’ancienne capitale Betancuria, ses petites rues pittoresques bordées de maisons blanches. Pour une échappée en court séjour, Fuerteventura est une idée à creuser.

Evelyne Dreyfus

Y ALLER :

vols directs de 4heures par Vueling

A VISITER :

-Betancuria, au centre de l’île, l’ancienne capitale classée Unesco

-Les falaises et les grottes d’Ajuy, très beau site volcanique abritant des sédiments océaniques et des fossiles marins. Non loin de là le normand Jean de Bethencourt a débarqué en 1402 afin de conquérir l’île pour la couronne d’Espagne.

-La bio-ferme Verdeaurora dans le Sud de l’île, pour comprendre les vertus confirmées de l’aloe vera sous toutes ses formes

Les Salines del Carmen et son musée au centre de l’île qui récolte un singulier sel d’écume de mer www.museosalinasdelcarmen.es

S’INFORMER :

http://visitfuerteventura.es/fr/

ww.spain.info

 

 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *