Lanzarote, l'île aux mille couleurs

par Jacques Douay

Si vous aimez les romans de Jules Verne vous allez aimer l’île de Lanzarote. C’est un voyage sur la terre, sur la lune, sous la terre et sur la mer.
Plus de trois cents volcans ont modelé cette terre de désespérance, sculpté des paysages spectaculaires aux mille couleurs. Des tunnels et des grottes de lave nous donnent accès à ses entrailles chaudes, mystérieuses et inquiétantes à la fois.
La mer enserre cette île de ses eaux bleu turquoise et nous offre plus de quatre vingt cinq plages au sable noir ou doré.

Lanzarote réserve de la biosphère

Lanzarote, caillou frémissant, devient Réserve de la Biosphère en 1993 et doit sa notoriété à un artiste César Manrique. Tout ici porte son empreinte. Ce génial peintre, architecte, urbaniste, paysagiste a lutté pour empêcher son île d’être défigurée par le tourisme de masse, la construction d’hôtels griffant le littoral, allant jusqu’à obtenir la suppression des panneaux publicitaires. Les nouveaux édifices ne dépassent pas deux étages. Les paysages sont préservés, les habitations au blanc typique, s’intègrent dans le décor tourmenté des coulées de lave. La visite de sa maison va nous donner la dimension de son oeuvre, symbiose entre création artistique et environnement
Taro de Tahiche, sa maison musée et siège de sa fondation
La maison exprime complètement les idées de Manrique. Il détourne l’aspect aride et désertique de la matière pour en faire un lieu de vie, une oasis intégrée dans les coulées de lave. On y découvre les créations de cet artiste, tableaux, sculptures et une formidable imagination pour l’architecture du lieu.

Taro de Tahiche, la maison musée de Manrique

Jameos de Agua 
Deux grottes abritent, un restaurant, un bar « préhistorique » et deux salles de concert
Un lac aux eaux cristalline joue avec les rayons du soleil qui percent à travers la voute de lave noire et bleue. Cela donne un tableau impressionniste de Monet. Plus loin une piscine en blanc et bleu ; juste pour le plaisir des yeux … on ne s ‘y baigne pas. Tout ici es dû à l’inspiration du Maître.
Deux grottes abritent, un restaurant, un bar « préhistorique » et deux salles de concert

 
La Cueva de los Verdes
Le tunnel le plus long du monde (plus de 7 km) qui s’enfonce sous la mer. Certains affirment qu’il mène vers « L’Atlantide ». Lieu de mystère qui vous réserve une surprise si vous le visitez : Refuge des « Hadras » – les fées et des « Transparentes » – les elfes. On y a tourné des séquences du film …Voyage au centre de la terre
Voyage au Centre de la Terre

 Le Mirador del Rio
L’idée de génie de Manrique, fut de transformer cette ancienne position militaire en un observatoire extraordinaire. Après avoir emprunté un couloir en zigzag, on accède à une verrière et une terrasse panoramique… une vue à couper le souffle sur la petite île de Graciosa. Dans le rocher, on y trouve une boutique et un restaurant qui ressemblent à une maison de Hobbit.
Le Mirador del Rio, une vue à couper le souffle

 
Le parc National de  Timanfaya
Une succession d’éruptions volcaniques de 1730 à 1736, dévastent cette partie de l’île. Manrique fonde ici le Parc National. Un site ultra protégé. On y côtoie « les feux de l’enfer ». Seuls des bus spéciaux vous permettent de visiter l’antre du diable… Un paysage grandiose. Des lichens verdâtres s’incrustent sur la lave encore chaude. Des gueules béantes longent le parcours, laissant échapper des odeurs de soufre.
Un paysage que l’on peut découvrir tout en partie à dos de dromadaire. Une expérience unique vous attend pour le déjeuner au restaurant El Diablo (conçu par Manrique), faire cuire sa grillade sur un barbecue géant directement en prise avec le volcan en activité…350°. Une démonstration est faite par un garde du parc. Lorsque l’on jette un seau d’eau dans une des cavités brûlantes au ras du sol, un geyser d’eau bouillante jaillit en quelques secondes…frissons garantis… El Diabolo de Timanfaya est l’emblème de Lanzarote. On croit même le distinguer sur une des falaise d’un cratère.
Le parc National de Timanfaya

 
Caleta de Famara 
Après ce rendez-vous avec le diable, un peu de fraîcheur au bord de la plage de Famara avec les surfeurs. Une plage immense. Pourquoi ne pas profiter d’une petite initiation dans ce cadre magnifique où l’eau est à bonne température.
Tiagua – Musée El Patio – La Geria 
Comment imaginer qu’une terre aussi aride puisse donner à boire et manger ?
Visite à El Patio. Cette ferme regroupe tout le savoir faire des paysans de l’île depuis deux siècles : récupérer l’humidité, utiliser le vent pour moudre blé et maïs, le tout dans un décor d’ « hacienda » un peu à la « mexicaine ».
La bodega (auberge)  vous permet de goûter les « papas arrugadas » avec la sauce mojo verte ou rouge.
Pour accompagner ce plat typique…un vin local, un vin vif… le volcanique Malvoisie, au goût équilibré, réputé et récompensé par de nombreux prix.
L’ingéniosité des viticulteurs qui ont su récupérer l’humidité de la nuit contenue dans les sables noirs, le cep étant protégé par des murs de pierre volcanique. La Gueria est devenue un « Land Art », une zone naturelle protégée.
Une terre aride qui a su donner à boire et à manger

 
 EL Golfo 
Avec son petit lac vert saumâtre, un cratère écroulé côté mer sur la côte ouest, cet endroit donne une vision dantesque de « naissance du monde ». Les falaises sont rouillées de soufre. A quelques pas…le village de pêcheurs dans un paysage de lave et de larmes.
El Golfo et son lac vert saumâtre

 
Castillo San José 
Au retour vers la capitale Arrecife, un détour par le Musée d’Art Moderne voulu aussi par Manrique. En fait, un fortin qui défendait le port principal, de Lanzarote. Un détournement pacifique où l’on découvre les oeuvres d’artistes locaux et la vie ce port en eau profonde qui permet pêche et commerce pour les habitants de l’île. Le restaurant gastronomique nous permet d’apprécier une cuisine gouteuse et inventive
La capitale et son musée d'Art Moderne

La  Graciosa
C’est une excursion incontournable au nord de Lanzarote. Cette petite île est à une heure de bateau….soleil…plages…calme absolu. Ici il n’y a pas de routes goudronnées. Les pieds dans l’eau, votre regard s’attarde sur les pentes des volcans, émerveillé par la gamme des couleurs changeantes avec le soleil qui décline.
A une heure de bateau de Lanzarote...

 

L’hôtellerie de Lanzarote 

Lanzarote offre toute la gamme d’hôtels, du cinq étoiles grand luxe, aux hôtels familiaux. Les nouveaux hôtels ont tendance à classer « bas » pour échapper aux taxes. Les prix sont abordables et correspondent à un réel confort.
Le tourisme rural se développe et offre l’opportunité de découvrir cette île d’un autre point de vue et la mer n’est jamais très loin.
Les sportifs y trouveront leur compte, surtout les adeptes de la bicyclette, pas trop de montées, vtt, randonnée.
Pour les sports nautiques: surf (nombreuses écoles),  kitesurf, windsurf, plongée sous marine, voile…. mais aussi le farniente sur la plage. Attention l’été  est très chaud même si l’alizé tempère un peu. Il ne pleut que vingt jours dans l’année sur l’île et encore pas partout.

Des résidences haut de gamme
Des hôtels de luxe
Le jardin intérieur de l'hôtel Melia
Le tourisme rural

Lanzarote est une île différente des autres îles des Canaries. C’est celle qui donne le plus à voir. Elle attire de plus en plus de touristes français et met tous ses guides touristiques au diapason. César Manrique a contribué à son rayonnement. Tout ici porte sa marque. Une parfaite fusion entre projet artistique, écologie et tourisme.
« Nous ne devons copier personne c’est nous que l’on viendra copier »  César Manrique.
 Buen Viaje
 
[separator type= »double »]
Infos pratiques
Pour plus d’informations contactez les offices du tourisme :
Pour Lanzarote,  www.turismolanzarote.com/fr/
Pour l’Espagne,  www.spain.info/fr
Pour une location de villa en Espagne, regardez le site  www.clubvillamar.fr 
[separator type= »double »]
Texte et photos © Jacques Douay
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

4 commentaires
0

Vous devriez aussi aimer

4 commentaires

dominique mallié 1 décembre 2015 - 8h23

merci pour toutes ces informations et les photos, j’ai eu soudain envie de solitude, de bord de mer, de calme, de maisons blanches, de douceur en vous lisant… joli cadeau du matin, je vais penser à cette destination

Répondre
Les Boomeuses 1 décembre 2015 - 11h05

Oui ça donne envie de partir !

Répondre
Odile Bagot 1 décembre 2015 - 20h31

Ben moi, j’y suis ! Aujourd’hui grand beau, belle mer, un vent à décorner les boeufs, une nature à vous couper le souffle … Et du temps pour peaufiner le prochain article pour les boomeuses !

Répondre
matchingpoints 15 octobre 2017 - 20h40

Nous sommes dans le midi, mais là c’est autre chose… C’est superbe et ce paysage sauvage semble d’un calme extraordinaire !

Répondre

Laisser un commentaire