J’ai envie de changer de tête !
Les 4 bonnes questions à se poser avant de se lancer

Je ne sais pas vous, mais moi, depuis mon adolescence, j’ai souvent eu envie de changer de tête et tenté des expériences capillaires, diversement réussies.

femmes chez le coiffeur pour changer de tête

Si quand j’étais plus jeune, j’étais assez téméraire au niveau des coupes de cheveux, ayant comme philosophie « les cheveux ça repousse », depuis la cinquantaine, je deviens plus prudente.

Car si une coupe ratée à 30 ans, ça passe, à 50 ans, c’est souvent plus difficile à assumer

Pourtant, on a encore parfois envie de changement et d’un look différent. Avant de passer à l’acte et de tout couper, nous avons demandé à Clément Pellerin, directeur artistique des salons Lucie Saint-Clair et directeur du salon de Iéna International de nous aider à se poser les bonnes questions avant tout changement.

Les 4 questions à se poser avant de changer de tête

1/ Combien de temps je veux consacrer à l’entretien de ma coiffure ?

Est-ce que j’ai envie de passer du temps le matin dans la salle de bain, ou pas ?
C’est la première question à se poser. Parce que changer de tête, c’est bien, mais est-ce qu’après, j’ai envie d’entretenir ma coiffure à la maison ? C’est d’ailleurs le travail du coiffeur de poser les bonnes questions pour savoir si la coupe va être adaptée à vos habitudes de vie :
Est-ce que je vais chez le coiffeur tous les 15 jours, tous les mois ou tous les 3 mois ?
Quelles sont mes habitudes de coiffage ?

C’est important d’avoir toutes ces informations pour savoir ce qu’on peut réaliser comme type de changement.

2/ Est-ce le bon moment pour changer de tête ?

Octobre est un bon moment pour changer de tête. L’automne est là. On commence à remettre des vêtements plus chauds, avec des cols. On peut imaginer des coupes un peu plus courtes que celles que l’on porte l’été, qui seront plus jolies avec des écharpes. On dégage la nuque, ce qui donne un plus joli port de tête.

envie de changer de tête
On raccourcit pour une coupe pleine de pep’s.

Souvent en automne, les femmes ont la peau plus pâle. On a alors envie de réchauffer les cheveux avec une coloration qui va rehausser leur teint. Si on leur fait une coloration avec des pigments chauds, elles auront un air maquillé et elles supporteront mieux le teint clair.

>>> Lire aussi : J’ai les cheveux fins, les conseils de Clément Pellerin

3/ Une transformation complète ou juste un changement ?

La grande demande des femmes, c’est d’avoir une coupe facile à coiffer, une coiffure qui leur correspond mieux. Aujourd’hui, elles souhaitent surtout du pratique et rarement une transformation radicale à partir de 50 ans.

Le changement de tête passe bien sûr par la coupe, mais également par la coloration. Avec elle, on peut jouer sur les couleurs, les nuances. Du coup, il y a une vraie transformation sans pour autant partir sur une coupe de cheveu courte, qui peut être radicale.
Si je coupe 20 centimètres à une cliente, elle va mettre 20 mois pour récupérer sa longueur. Si elle n’aime pas, c’est long. Alors qu’une coloration s’estompe petit à petit, au fur et à mesure. Et si la couleur ne plaît pas, on peut la modifier. La coloration permet un changement total, mais sans prendre trop de risque.

femme qui change de tête chez le coiffeur
Nouvelle coupe et coloration rousse pour un joli changement de tête

4/ Mon budget coiffeur

Il faut bien penser à son budget coiffeur avant de décider ce que l’on souhaite faire comme coupe ou couleur. Plus on va faire des choses très tranchées, plus l’entretien devra être régulier. Une coupe très courte, pour qu’elle reste impeccable, cela demande d’aller chez le coiffeur toutes les 4 semaines.
Un changement de coloration, c’est à dire si on passe de brune à blonde, c’est un entretien toutes les 3 semaines. Un balayage tous les deux mois.
Plus on va aller dans une couleur loin de sa base, plus on entre dans un processus où il y a de l’entretien, et donc du budget.

C’est quoi un bon coiffeur ? 

Pour Clément Pellerin, un bon coiffeur doit être à l’écoute et doit prendre le temps d’écouter et de faire un bon diagnostic.

Quand vous arrivez pour la première fois dans un salon, vous expliquez vos attentes. Le coiffeur doit alors vous poser des questions sur vos habitudes de coiffage : comment vous vous coiffez, pourquoi voulez-vous changer, à quel rythme vous allez chez le coiffeur, votre job, quelle image vous avez envie d’avoir. A partir de là, c’est un peu la méthode de l’entonnoir, il va vous faire une proposition. Si dès votre arrivée, il vous dit de passer au bac, ça ne va pas.
Nous sommes dans un métier de services, pour apporter du conseil, et si la cliente tombe sur un coiffeur qui ne l’écoute pas, qu’elle parte, elle en trouvera un autre !

Les femmes peuvent aller se faire conseiller chez n’importe quel coiffeur, même sans rendez-vous, pour une consultation gratuite. On va leur donner notre avis, même si elles ne viennent pas chez nous après. C’est important d’aller voir un, deux ou trois coiffeurs quand on a envie d’une transformation. Et d’avoir plusieurs avis, surtout lorsqu’on est indécise.

Il faut oser, même quand on est timide, échanger avec son coiffeur, dire ce qu’on aime ou pas. Notre rôle est de sublimer les femmes. C’est donc primordial de se sentir en confiance avec son coiffeur. Et pour cela, il faut parfois en voir plusieurs, jusqu’à trouver le bon, qui saura vous écouter.

 

Propos recueillis par Arielle Granat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *