Les femmes vieillissent…
Les hommes mûrissent.

Après la une d’un hebdomadaire, qui aime le choc des mots et le poids des photos, sur une grande actrice de cinquante ans passés, portant une mini-jupe virevoltante, et dont la photo a été retouchée au-delà du réel, j’ai envie de dire stop.

Stop à la peur de vieillir, stop au mensonge. Pas besoin de devenir transformiste pour cacher les impacts du temps qui passe. Je préfère ne pas nommer cette comédienne, vous la reconnaîtrez sans doute, elle se reconnaîtra, mais dommage pour elle…

pierre-arditi-20en

 Un Pierre Arditi, un André Dussollier, Jacques Weber ou Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, tous ces hommes d’un âge certain, cheveux blancs, rides creusées et ventre en avant, continuent de jouer les séducteurs, au théâtre et au cinéma. De superbes rôles aux côtés, le plus souvent, d’une très jolie jeune comédienne.

Malgré les marques de l’âge, il émane d’eux une bonne dose de testostérone, le pouvoir de la virilité et, au contraire des femmes, la capacité d’enfanter. Bref, les femmes se pâment, les animateurs télé se réjouissent, les chaînes les réclament. Tant qu’ils savent minauder ou jouer les jolis cœurs, tout le monde est content.

Mais les femmes ? Les Nathalie Baye, Catherine Deneuve, Charlotte Rampling et autres ? Même carrière, même talent… A l’âge de la discrétion, elles sont belles, élégantes, douées, parfois cougars.

Oh, elles ont sans doute le même chirurgien qui leur propose la même bouche, les mêmes pommettes ou les mêmes paupières lissées. C’est vrai qu’elles se font du mal à tirer tous leurs traits pour paraître jeunes. Mais elles sont comme nous tous, elles veulent travailler, vivre encore avec les atouts qui leur ont permis de construire leur image. Une image que le grand réalisateur Martin Scorsese ne peut « exploiter », quand il déclare « Passé 35 ans, certaines actrices ne peuvent plus exprimer la colère. Le jeu de l’acteur est basé sur les expressions, alors pourquoi vouloir les effacer ? » Très juste, mais si elles effacent leurs expressions à coup de scalpel, c’est aussi pour continuer à jouer cher Monsieur Scorsese. Sinon vous ne les regardez même plus, ces actrices.

Natahlie-Baye,-les-Boomeuses

Pour une Line Renaud qui s’assume et pète la forme, elles sont des centaines à flipper. Surprotégées par leurs agents, elles contrôlent leur image au millimètre près.

Comme nous, elles ont peur de vieillir et de mourir. Il n’empêche, à la différence de leurs confrères, elles décrochent rarement un premier rôle, celui d’une héroïne ou d’une séductrice. Passé 40 ans, les actrices campent plutôt d’anciennes amours de leurs partenaires, des mères, des belles-mères ou des grands-mères destinées à amuser ou attendrir la galerie…

On peut analyser le phénomène dans tous les sens, trouver des théories brillantes, ce sont les jeunes qui fréquentent les salles de cinéma, alors, oui, il faut leur permettre de s’identifier, de se projeter et tutti quanti, mais cela ne justifie rien.
Le vieillissement n’enlève rien à la séduction, or depuis la nuit des temps les rides des hommes plaisent, celles des femmes font peur. Surtout lorsqu’en plus, j’entends dire à propos de celles qui ne recourent pas au lifting « Elle est encore belle » ou pire « Elle a été très belle ». Et que dit-on de nos vieux séducteurs ? « Quel charme il dégage » ou « Ça lui va bien les cheveux blancs, il est beau ce type, il s’arrange en vieillissant »
…O rage, ô désespoir !

 

Petits Arrangements avec la cinquantaine Mes amies, mes amours, mes années. Editions La Martinière

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *