Journée de la femme
comme ils disent !

Attention ! Oyez, oyez, Mesdames, dans 2 jours, c’est NOTRE journée ! Compte tenu que nous n’en n’avons qu’une, mieux vaut ne pas la rater ! Mais au fait, savez-vous qui en est l’auteur ?

Journée-de-la-femme-Les-Boomeuses
Une manifestation pour le droit des femmes

Un homme, bien sûr ! Et non des moindres, puisqu’il s’agit de Lénine qui décréta la Journée Internationale des Femmes, (Международный женский день) le 8 mars 1921, en l’honneur des manifestantes qui les premières, défilèrent le 8 mars 1917 à Pétrograd, à l’aube de la révolution russe. Cette célébration s’étendit ensuite à l’ensemble des pays de l’ancien bloc de l’Est puis le 28 février 1909, une Journée Nationale de la Femme (National Woman’s Day) fut célébrée aux Etats-Unis à l’appel du Parti socialiste d’Amérique. Et oui, à l’époque, il y en avait un !

L’internationale Socialiste célèbre le 19 mars 1911, la première Journée Internationale et revendique le droit de vote des femmes, le droit au travail et la fin des discriminations au travail.
Mais ce n’est qu’en 1977 que la journée est officialisée par les Nations Unies, invitant chaque pays de la planète à célébrer une journée pour les droits des femmes.

Qu’en reste-t-il ?

Si à l’origine, cette journée est issue de l’histoire des luttes féministes menées sur les continents européens et américains, qu’en reste-t-il aujourd’hui ?  Qui, homme ou femme, se souvient que le 8 mars est traditionnellement une journée de manifestations à travers le monde pour revendiquer les droits des femmes,  pour améliorer leur condition ?
Vous, moi, elle, il ? Interrogez votre entourage et faites un sondage.

Simone-de-Beauvoir-Les-Boomeuses
Simone de Beauvoir

Aujourd’hui, la Journée de la Femme ou des Femmes se traduit pour la plupart de nos chers blagueurs machos par : « Chérie, ce soir, on dîne dehors ! » ou «  Ça te dirait que je t’offre le coiffeur ? » ou encore «  Je m’occupe de tout, va faire mumuse avec tes copines »… Et comme des nanties que nous sommes, nous maugréons mais ne disons pas non. Alors, quelles femmes – en dehors des Femen – se soucient désormais dans nos pays riches, de manifester, revendiquer, exiger ? Si ces dernières peuvent parfois apparaître aux yeux de certaines, comme caricaturales, elles sont les seules et les dernières à plaider la cause des femmes, nous rappelant ici et là, que non, rien n’est acquis ! Si elles n’ont ni l’allure ni le phrasé d’une Simone de Beauvoir ou d’une Gisèle Halimi, elles sont les seules et les dernières à s’élever contre ce monde d’hommes et à ce titre, elles méritent tout notre respect !

8 mars 2015 : « Automatisation des femmes – Automatisation de l’humanité : imaginez ! ».

Le 8 mars 2015, tout comme les 8 mars précédents, devrait donc être,  pour nous toutes, l’occasion de réfléchir sur l’avancée de la condition féminine dans le monde. Cette année, le thème proposé est : « Automatisation des femmes – Automatisation de l’humanité : imaginez ! ».

Alors, imaginons ensemble, un monde où les femmes et les filles pourraient librement exercer leurs choix, participer à la vie politique, acquérir une éducation, bénéficier de postes et revenus égaux à ceux des hommes. Imaginons un monde où toutes les femmes vivraient dans des pays aux sociétés exemptes de violence et de discrimination. Imaginons un monde où le mot « excision » aurait disparu du vocabulaire, où porter un signe extérieur de religion serait un véritable choix. Imaginons un monde où chacune serait libre d’être elle-même au milieu d’hommes, eux-mêmes libérés du fardeau d’être machos. Imaginons un monde où la Journée Internationale des Femmes ne serait qu’un lointain souvenir puisque nous serions appréhendées comme des être humains et non comme des porteuses de jupons, empêcheuses de tourner en rond. Imaginons un monde où le 8 mars serait un jour comme les autres et rêvons d’un monde où égalité, fraternité, liberté se conjugueraient aussi au féminin…

 

Corine Allouch

 

 

 

 

 

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *