Est-ce qu’on a encore envie de se prendre la tête ?

Cette semaine Dominique Mallié se demande si on a encore envie (et le temps) de se prendre la tête ?

woman133

Et d’ailleurs est-ce que c’est possible de ne pas se la prendre, la tête ? Moi qui vous parle, je suis coutumière des prises de tête, pour un oui ou un non, je vire obsessionnelle. Par exemple un tel me dit une chose, et là, ça se met à remuer dans ma tête, je tourne, retourne la remarque, échafaude des hypothèses, des contre-hypothèses, tire des plans, envisage la chose en elle-même et dans son contraire, essaye de me mettre à la place de …, d’introduire du rationnel. Bref, j’aimerais ne pas le faire et je le fais pourtant, malgré moi, en quelque sorte.

Donc comme on en est là, aux décisions des débuts d’année, aux sages résolutions, à tout ce branle-bas de choses qu’on pense pouvoir changer eu égard au fait qu’on change d’année, comme si dans le même temps on allait changer de MOI, je me demande s’il ne serait pas bien de cesser (enfin) ce mécanisme de la prise de tête. Profiter de l’occasion en quelque sorte.

Voilà je me demande sincèrement, et je suis bien certaine que vous êtes nombreuses à me lire et à être dans le même désir, et vous attendez que je vous dise comment faire, je vais le faire d’ailleurs, soyez patientes.

C’est à dire que déjà, je m’interroge quant à savoir pourquoi j’ai pris ce sujet. J’aurais mieux fait d’en prendre un autre du genre de celui de la semaine dernière, un bien sensible : comment on fait pour perdre des kilos, et le régime qui va avec, c’est vrai, j’aurais mieux fait. Seulement voilà, j’ai promis à la rédactrice  en chef ce sujet là et il faut que je m’en dépatouille, envers et contre tout, et surtout contre moi même.

Soyons un peu méthodique : tout d’abord j’ai écrit “envie” dans le titre, et je dois dire que le mot est mal choisi car personne n’a envie de se prendre sa tête, tout le monde rêve d’être cool, de faire des choix et de s’y tenir, de les exploiter au maximum, tranquillement. Oui, mais voilà “rêve”, car la réalité est autre. La réalité est qu’on ne peut être maître de son cerveau qu’au prix d’un travail énorme sur soi, et ça c’est comme les abdos, on fait deux, trois pompes et on voudrait que ça soit déjà comme du béton, or, ça l’est JAMAIS. Donc le mot “envie” on pourrait facilement l’enlever, je ne le fais pas, mais la pensée y est.

Il reste “le temps” … le temps ? Alors là je m’applaudis toute seule, car se prendre la tête demande pas mal de temps, et cette chronique vous en donne un bon exemple. On peut tourner en rond pendant des heures, et pendant ce temps, de la réflexion, du ressassement, on aura rien fait d’autre, ou de si petites choses qu’on ne saura plus au juste quoi… Et c’est vrai que sans être compté, le temps (ah, “le temps”, voilà un sujet sur lequel il y aurait beaucoup à dire… je laisse ça à Michel Onfray, dont je suis fan et d’ailleurs, Michel, si par hasard, le plus grand des hasards, auquel vous ne croyez pas d’ailleurs et ni moi, vous lisez cette chronique, je vous dis toute mon admiration, je vous lis même à la plage, c’est dire…) est important et on va pas abîmer nos belles années à venir avec ces questions à deux euros.

Voilà ce que j’en dis, bon, et bien je m’en suis bien sortie au final…

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

 

 

Lire aussi : est-ce que les soldes nous rendent (encore) dingues ?

11 Comments

  • Je rentre de vacances et me plonge ce matin dans le magazine … que de nouveautés, je trouve que le magazine ” décolle” et trouve son ton … J’apprécie particulièrement vos chroniques, Dominique, vous le savez …. se prendre la tête , loin de moi , désormais. J’essaye de relativiser et mettre du rationnel partout . Jolie façon de poser la question, et d’y répondre que de la faire tourner dans tous les sens !
    Pour ma part, je ne fais plus que ce que j’aime et vis dans une belle région où la détente et l’air pur ( Ile de Noirmoutier) sont de mises …

    • Merci Anna pour votre gentil commentaire sur Les Boomeuses. L’idée du magazine est de mélanger des chroniques savoureuses de Dominique, mais aussi des articles sur la santé, la forme avec le Dr.Odile Bagot,de la mode, de la beauté sous toutes ses formes (pratiques, conseils, shopping…) des coups de coeurs, de l’évasion, de la culture….. Bref tout ce qui nous parle. Merci de votre fidélité.

  • Quelques pistes testées et approuvées pour minimiser les prises de tête

    1/ n’importe quelle activité physique qui empêche de penser à autre chose que son corps, son souffle, ses sensations . En vrac, taïchi (choix perso), yoga, sophrologie ou méditation plein conscience (très up to date),sport en tout genre … Le cerveau a physiologiquement besoin de RTT !

    2/ les problèmes des autres, en particulier nos grands enfants et vieux parents, premiers au hit parade dans la catégorie “on culpabilise”: nous ne sommes pas responsables de leurs choix de vie, ils sont aussi adultes que nous et une fois qu’on a donné notre avis, la balle est dans leur camp !

    3/ et nos questionnements perso, matériels et existentiels ? Ha, ha, de plus en plus fort ! “Les évènements sont nos maîtres ” disait Vincent de Paul. Obligées de faire avec ! A nous d’y trouver malgré tout leur part positive, de les métaboliser en douceur et de nous les approprier. STOP ! Plus facile à dire qu’à faire, c’est vrai, mais Pas interdit d’essayer …

  • J’aimerais tant ne plus le faire … et pourtant je m’y emploie à ne plus me prendre la tête, même avec ardeur je dirais, mais sans succès ! Malgré le temps, le raisonnement, la sagesse, les “mais à quoi bon”, “ça ne sert à rien”, la pratique du lâcher prise, c’est toujours la même finalité : la déception ! Donc des solutions je suis “preneuse” !

    • Ah oui, le ” lâcher-prise” … ouh ça me parle beaucoup, combien de fois m’y suis je essayée ?
      mobiliser mon attention sur autre chose, se recentrer ….
      mais comment fait on pour lâcher prise ? pour s’alléger assez pour cela ? Oui, catherine, c’est une sacrée question et on aimerait , à notre âge, avoir enfin cette légereté là …

  • Quelque soit la personne pour qui tu le fais c’est pareil….
    Je dirais même que je commence à y arriver plus pour les personnes que j’aime…..
    Comment expliquer? Tu veux aider quelqu’un jusque là tout va bien…. Si tu prends “son” problème pour le tiens, tu vas te prendre la tête….. être malheureuse…. et au final tu seras tellement mal que tu vas être incapable de l’aider….
    Alors que si au contraire tu te met en dehors de ce problème, à l’extérieur…… tu trouveras mieux comment l’aider…. tu seras épargnée et tout finira surement mieux 🙂

  • Et bien moi je dirais qu’on n’a plus envie de se prendre la tête après…… comment y arriver…
    En fait je crois que l’on se prend la tête quand on se met à la place des gens…. Il faut lorsqu’on veut aider quelqu’un ne surtout pas se mettre à sa place (car ce n’est pas la notre) lui dire éventuellement comment on ferait si cela nous arrivait, l’aider du mieux qu’on peut mais c’est tout….. On peut aider les gens mais pas faire à leur place donc à partir de là pourquoi se prendre la tête?
    Ce que je vous dis… moi qui vais avoir 50 ans en 2016 c’est exactement ce que je suis en train de faire et je vous promet que ça marche même si pas facile quand on a toujours fait l’inverse….. Mais par contre qu’est ce qu’on se sent mieux 🙂

    • Oui, Coco mais comment faire quand on le fait pour nos petits ou plus gros problèmes, ou pour un oui, ou un non, comment éviter ces cogitations qui au final nous nuisent plus qu’elles ne nous permettent d’avancer … comment se simplifier le cerveau en quelque sorte ? (:))

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *