passeport, alexis Michalilk

« Passeport », d’Alexis Michalik, quand le théâtre populaire s’attaque avec souffle au drame des sans-papiers

par Arielle Granat

Alexis Michalik possède ce don de conteur qui fait de chacune de ses pièces un immense succès populaire.
Avec sa nouvelle création  Passeport, qui se joue jusqu’au 30 juin au Théâtre de la Renaissance, il réussit le pari risqué de rendre compte des souffrances et luttes des immigrés clandestins au travers d’un spectacle épique, à la fois drôle et bouleversant, toujours empli d’empathie.

Passeport débute au sein de la « jungle » de Calais, où Issa est retrouvé gisant à terre, le visage ensanglanté. A sa sortie de l’hôpital, amnésique, la seule trace qui lui reste de son histoire est son passeport érythréen. Va s’ensuivre une épopée rythmée de multiples rebondissements, portée par une troupe de 7 comédiens particulièrement attachants (Christopher Bayemi, Patrick Blandin, Jean-Louis Garçon, Kevin Razy, Faycal Safi, Manda Touré, Ysmahane Yaqini), qui multiplient les rôles avec brio.

On suit ainsi avec passion les parcours de combattants du trio Issa (Jean-Louis Garçon), Arun l’indien (Kevin Razy) et Ali le syrien (Faycal Safi), de Calais en passant par le Poitou jusqu’à Paris, où Issa deviendra chef d’un restaurant, à l’image du projet Refugee Food qui œuvre pour l’insertion des réfugiés dans le monde de la restauration.

pièce théâtre PAsseport, alexis Michalik

Le théâtre d’Alexis Michalik se nourrit aussi des techniques de narration propres aux séries, qu’il maîtrise à merveille, entremêlant des histoires parallèles qui viennent enrichir l’intrigue. A l’image du personnage de Lucas (Christopher Bayemi), un jeune gendarme chargé d’arrêter les migrants qui tentent de gagner l’Angleterre. Né à Mayotte, ce fils adoptif d’un couple de calaisiens, écrasé par un père ex-militaire qu’on devine proche des idées du RN (Patrick Blandin), noue son histoire avec celle des sans-papiers qu’il doit traquer. Les rôles féminins ne sont pas en reste, portés par les excellentes Manda Touré et Ysmahane Yaqini.

Egalement metteur en scène de Passeport  l’auteur emporte les spectateurs dans un univers épique, où les changements de décors d’une fluidité impressionnante et les projections vidéo, contribuent à la dramaturgie de la pièce.

Si l’on a pu lire ici et là quelques critiques reprochant à Alexis Michalik de traiter le sujet des migrants avec une certaine légèreté au regard de leurs souffrances, le reproche est bien injuste au regard de la portée d’une pièce qui enthousiasme le public, le fait réfléchir et peut-être agir pour un monde plus solidaire. Salvateur par les temps qui courent.

Passeport 
Jusqu'au 31 août, du mardi au dimanche
Théâtre de la Renaissance
20, Bd Saint-Martin
75010 Paris
Tél : 01 42 08 18 50
Lire aussi :  Pauvre Bitos – Le dîner de têtes, une pièce oubliée de Jean Anouilh à redécouvrir absolument
0 commentaire
0

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire