Lombalgie et chiropracteur

Du 16 au 21 octobre, les chiropracteurs proposent des bilans personnalisés gratuits pour prévenir la lombalgie

par Les Boomeuses

A l’occasion de la Journée de la colonne vertébrale du 16 octobre pour sensibiliser aux troubles musculosquelettiques (TMS) et au mal de dos, les chiropracteurs proposeront du 16 au 21 octobre, des bilans personnalisés, conseils et exercices simples à réaliser à domicile, pour prévenir la lombalgie.

 

« Move your spine ! », le leitmotiv de la Fédération mondiale de chiropraxie répond à une situation alarmante du point de vue sanitaire avec l’augmentation de la sédentarité.

Une semaine de bilans offerts par les chiropracteurs

Face à ce constat, l’Association française de chiropraxie souhaite sensibiliser les Français aux conséquences de la sédentarité, notamment sur la santé vertébrale, et leur transmettre des conseils simples visant à prévenir la lombalgie par l’activité physique lors de bilans offerts, du 16 au 21 octobre, sur rendez-vous dans un cabinet proche de votre domicile (https://www.chiropraxie.com)

Lors de cette consultation, le chiropracteur vous délivrera des conseils personnalisés et des exercices simples à réaliser à domicile, pour prévenir la lombalgie.

 

La lombalgie, l’un des TMS les plus répandus

En France, 95% de la population adulte est exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou un temps trop long passé assis, selon l’Anses.

Selon une enquête réalisée par l’Ifop en 2022, la lombalgie demeure le premier motif de consultation cité par les patients suivis par un chiropracteur,

Des risques majorés lorsque le manque d’activité physique et l’excès de sédentarité sont cumulés. En effet, l’activité physique, en adoptant les bonnes postures, permet de prévenir la lombalgie. Et le mouvement est recommandé pour mobiliser les articulations, entretenir les muscles et éviter une éventuelle forme chronique de la lombalgie.

Audrey Yargui, chiropracteure et Présidente de l’association française de chiropraxie précise « les comportements sédentaires augmentent et concernent de nombreux patients. La généralisation du télétravail, l’utilisation intensive des écrans, des nouvelles habitudes de vie qui contribuent à une diminution de l’activité physique et une augmentation des TMS, dont la douloureuse lombalgie».

Parmi les troubles les plus fréquents, la lombalgie se caractérise par des douleurs localisées au niveau du bas du dos pouvant entraîner une perte de mobilité.

La lombalgie, communément appelée aussi « lumbago » ou encore « tour de rein », touche 4 Français sur 52 au cours de leur vie mais reste mal connue.

Dans la lutte contre la lombalgie, l’activité physique se présente comme une clé incontournable pour améliorer la qualité de vie, restaurer la mobilité et atténuer les douleurs du patient.

Si les études montrent que la reprise d’une activité physique est primordiale pour réduire la douleur, celle-ci reste délicate pour une personne douloureuse.

La peur de la douleur, ou de l’augmentation de celle-ci, constitue en tant que telle un puissant prédicteur psychologique de la douleur chronique et de l’invalidité.

Face à cette situation, le chiropracteur intervient à plusieurs niveaux :

Soulager la douleur :

La prise en charge chiropratique a démontré son efficacité dans la réduction des douleurs liées aux dysfonctionnements de l’appareil locomoteur, dans l’amélioration de la qualité de vie et la récupération fonctionnelle des patients.

Rassurer le patient :

L’écoute et la réassurance du patient sont au cœur de la prise en charge. Dans le contexte d’une approche biopsychosociale de la douleur, la réassurance du patient représente une part importante du traitement de la lombalgie

Orienter le patient vers une reprise sereine d’activité :

Le chiropracteur joue un rôle essentiel en orientant les patients vers une reprise sereine d’activité physique ou sportive après une blessure ou des douleurs musculosquelettiques grâce à une approche globale préventive et curative;

Les chiropracteurs et la chiropraxie en France

Les 1700 chiropracteurs sont enregistrés auprès des Agences Régionales de Santé comme tous les autres professionnels de la santé et la profession est encadrée et réglementée dès 2011 par des textes visés tant par la HAS, le CNOM et le HCPS.

La chiropraxie, dont l’exercice de professionnel de la santé a été légalisé par la loi du 4 mars 2002 dite “loi Kouchner” est reconnue dans de nombreux pays par les autorités scientifiques et sanitaires (OMS, INSERM, NIH, NICE) et les chiropracteurs sont les seuls thérapeutes non-médecins habilités à pratiquer des manipulations vertébrales en première intention, c’est-à-dire sans avis médical préalable.

Les études de chiropraxie sont exclusivement des études spécifiques de cycle long : temps complet, BAC +5, basées sur une norme internationale et enseignées en France dans une école agréée par le ministère de la santé.

Photo Karolina Grabowska

Lire aussi : Portrait de Karine Herz propriétaire des ailes du Canal le studio qui donne envie de faire du sport

0 commentaire
0

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire