Pour Pâques, les chocolats se font oeuvres d’art

Pour les amateurs de chocolats, Pâques est une période magique. On peut s’offrir sans scrupules des délicieux chocolats aussi bons que beaux.
Depuis quelques années les maîtres chocolatiers se livrent à des jolis exercices de style pour laisser libre cours à leur imagination, savoir -faire et créativité pour leurs chocolats de Pâques. A côté des classiques œufs, poissons et lapins souvent revisités avec humour,  les chocolatiers s’amusent à bousculer les codes. Les lapins se font coquins, les poissons panés, les œufs deviennent arty… 
Que vous ayez des grands enfants, des ados, des petits-enfants ou juste envie de vous faire plaisir, croquez ces chocolats de Pâques.

Petits lapins

Une version adulte du lapin de Pâques en chocolat noir (70 % de cacao), créé par Yann Brys, MOF et directeur de la création sucrée Evok Collection pour l’hôtel Nolinski. On aime son serre-tête doré (en chocolat blanc) qui lui donne un petit air polisson.
 Nolinski, Lapin, série numérotée de 50 exemplaires. En vente du 19 mars au 2 avril. 42 €, taille 22 cm. A commander au 01 42 86 71 06.

Les Poissons bullent

Chocolats-pâques

A la Maison du Chocolat on fête Pâques avec humour avec ces poissons «panées » déclinés en 5 versions (pané, chat, rouge clown, scie) par Nicolas Cloiseau. On ne fera qu’un bouchée de ces poissons à base de praliné noir ou au lait, et noix de coco râpé grillé et caramélisé, amandes/noisettes aux éclats de biscuits caramélisés, éclat de crêpe dentelle, selon les versions.
La Maison du Chocolat, les poissons bullent, 29 €, la pièce de 130 g.

 

Geishas gourmandes

Cette année les geishas sont de la partie au Buddha-Bar Hôtel Paris où Nicolas Jaulmes, chef Pâtissier,  s’inspire des traditionnelles poupées japonaises Koleshis pour revisiter l’oeuf de Pâques. Vous craquerez pour l’espiègle Geisha Kimiko et sa structure en chocolat noir Andoa 70 %, issu de l’agriculture biologique du Pérou et sa robe à l’arôme naturel de fraises ou pour son amie la douve Ayami, en lait Jivara 40 %, assemblage de grands crus et son kimono aux fruits de la passion. Buddha-Bar Hôtel, 4 rue d’anjou, 75008 paris sur commande 24 heures à l’avance, à partir du 19 mars, 64 € l’unité.

Bernachon joue la tradition

Depuis 60 ans, Bernachon a élevé la chocolaterie française au rang d’art. C’est sur des machines d’un autre temps, avec des secrets de fabrication qui se transmettent de père en fils, que les chocolats sont toujours fabriqués. Pour Pâques, poules et œufs sont au rendez-vous, délicatement travaillés par la maison lyonnaise, dont le maitre mot reste la tradition. Bernachon à acheter sur l’e-shop. La famille de poules est garnie de petits moulages (praliné noir et/ou praliné Gianduja lait) plus friture. De 370 g à 1,5kg. De 38 à 156 €.

 

Agneau pascal en chocolat

Chez le pâtissier Sébastien Gaudard, c’est l’agneau qui est mis à l’honneur cette année. Symbole de l’innocence, de douceur et de bonté dans la religion chrétienne, les agneaux en chocolats se déclinent en 4 intensités, jouant le contraste entre les notes épicées, arômes de cacao intenses, pointe de caramel et vanille gourmande. Sébastien Gaudard, Agneau 52 €, duo agneau et agnelet, 97 €.

Printanier

A l’hôtel The Westin, Pâques est printanier avec cet œuf de Florence Lesage, orné de sublimes renoncules annonciateur des beaux jours. Véritable hommage au chocolat il m”lange chocolat noir et chocolat blanc.  L’œuf  est en chocolat au lait (40 % cacao), les feuilles en chocolat noir ( 66 % de cacao) et les renoncules en chocolat blanc (33% de cacao).The Westin Paris Vendôme, uniquement sur commande  à lefirst@westin.com ou au 01 44 77 10 20. Du 26 mars au 2 avril 2018, 49 €, poids total 750 g.

Les Z’oeufs masqués

Chez Dalloyau, les chefs (Johan Giacchetti, Nicolas Booucher et jéremy Del Val) jouent la carte de l’humour avec une collection de chocolats inspirée des supers héros. Vendu par 3 ces z’oeufs masqués vont vite se faire dévorer. Le trio se compose de 3 variétés de chocolats : chocolat au  lait, praliné amandes noisettes et craquelin pour le premier, chocolat noir, praliné aux graines de tournesol et graines de tournesol caramélisées pour le second et chocolat au lait, ganache caramel fleur de sel pour le troisième. Dalloyau, Les Z’oeufs masqués, 15,50 € les 3.

 

Inspiré de Fabergé

Au Café Pouchkine, on s’inspire œufs Fabergé du célèbre joailler russe pour créer des œufs “bijoux” déclinés en version chocolat noir grand cru ( 67 % de cacao reconnaissable à ses notes de noisette et de fève tonka) ou chocolat au lait (40 % cacao et ses notes vanillées), et ses garnitures composées de petits œufs en nougatine, ganache caramel et praliné noisette. Café Pouchkine, œuf Pouchkine, 32 €, poids 260 grammes.

Des œufs Arty

Chez Patrick Roger, les œufs deviennent Arty pour célébrer les cloches.  On ne sait pas si on osera les manger !
“Avis des grands papes”, œuf en chocolat noir garnis de fritures, à partir de 35 € dans les boutiques Patrick Roger.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *