natusisme

Je me suis mise au naturisme à 45 ans, le portrait d’Edith

par Arielle Granat

Le 27 mai, la Fédération Française du Naturisme lance une campagne contre les diktats de la société pour un corps parfait et le bodyshaming avec le hashtag #stopbodyshaming.

naturisme

Photos de l’exposition © Tamara Hauvuy

L’idée de cette campagne: favoriser le Body Positive, réconcilier les Français avec leur corps et leur nudité et montrer que la honte de nos corps (bodyshaming) n’a pas lieu d’être.

Dans cet esprit, des naturistes et non naturistes, ont posé nus devant la photographe Tamara Hauvuy afin de montrer la diversité des corps. Pour certains modèles, c’était la première fois qu’ils posaient nus. Les clichés seront exposés le 27 mai à Paris, à la galerie Joseph*, puis en Province et sur www.stopbodyshaming.fr.

Selon la Fédération, de nombreuses femmes passent le cap du naturisme à 50 ans car elles osent enfin s’écouter.  Aux Boomeuses, on a eu envie de rencontrerEdith, l’une de ces femmes qui a passé ce cap, afin qu’elle nous parle de son expérience.

Rencontre avec Edith, 50 ans, qui a découvert le naturisme à 45 ans

Comment êtes-vous arrivée au naturisme  ?

Edith : J’ai commencé le naturisme il y a 6 ans, lorsque j’ai rencontré mon compagnon qui en faisait et qui avait envie que j’essaye. A ce moment là, j’avais un rapport avec mon corps assez compliqué – je suis grande mais ronde- donc je ne m’exposais pas. Même les maillots de bain, c’étaient une-pièce.

La première étape a déjà consisté à acheter un maillot deux-pièces. Puis, on est partis sur une plage naturiste où mon compagnon avait l’habitude d’aller. Et finalement en l’espace de quelques secondes, je me suis lancée en enlevant d’abord le haut. Puis, je me suis dit que si je ne me lançais pas tout de suite, je ne le ferais jamais. ll y avait très peu de monde sur la plage, et je me suis sentie bien, sans aucune gêne.

Et vous vous êtes tout de suite sentie à l’aise ?

Il y avait peu de monde, donc c’était assez facile, mais quand je suis sortie de l’eau, trois personnes habillées sont passées (la plage naturiste en question jouxte une plage textile). Et là, je me suis dit oups ! Et ensuite j’ai pensé, non, j’ai le droit et s’ils n’aiment pas mon corps, qu’ils regardent ailleurs ! Finalement nue, j’ai réussi à faire abstraction de l’environnement et à me dire que si la vue de mon ventre, mes fesses, mes bourrelets, mes seins qui tombent… les gênaient, ils n’avaient qu’à ne pas regarder.. Et c’est parti comme ça.

Et depuis vous ne fréquentez que des plages naturistes ?

Oui, tout à fait. Maintenant, nous partageons aussi un bungalow dans un village naturiste pour pouvoir être à l’aise. Parce ce que l’idée du naturisme, c’est aussi de pouvoir vivre en commun.

Mais le naturisme va au delà de la plage. A la maison, dans le jardin, si le temps le permet, on vit nu. On a la chance d’habiter en pleine campagne sans voisins proches. Evidemment, si on a du monde qui vient et n’est pas naturiste, on s’habille. Il n’est pas question de choquer ou d’imposer quoi que ce soit à notre domicile. Mais chez nous, on vit nu autant que possible. Dans le naturisme il y a aussi cette notion d’harmonie, avec la nature, de respect de soi et de l’autre, de l’environnement. Il n’est pas question de choquer.

Vous considérez tous les vêtements comme une entrave ?

Moi, je me sens bien nue, sans entrave, on ne se pose pas la question de savoir comment on va s’habiller. Evidemment cela dépend aussi du temps. Hier, il faisait beau, j’étais nue toute la journée pour jardiner dans mon jardin, et je sentais le vent et le soleil sur ma peau, c’est vraiment très agréable.

Et dans votre entourage, c’est perçu comment ?

J’ai un jour annoncé à ma famille où l’on partait en vacances et l’on m’a demandé si ce n’était pas un endroit naturiste. C’est venu naturellement, comme ça. Mon compagnon, lui a plus du mal à le dire. Mes collègues le savent, j’assume totalement quand au retour des vacances on me demande pourquoi je n’ai pas de traces de maillot.

Parfois on doit préciser, parce que les gens ne connaissent pas le naturisme, ou ont des a priori, que cela n’a aucun lien avec la sexualité ou les dérives sexuelles. Ce n’est pas parce que l’on est naturiste que l’on est échangiste ou je ne sais quoi.

Qu’est-ce que vous apporte le naturisme ?

Le naturisme m’a complètement décomplexée. Autant, quand je m’habille, je vais faire attention, si on voit mes bourrelets, ou faire attention à l’image que l’on peut renvoyer à l’autre, autant quand je suis nue, je ne me pose même pas la question. Et pourtant, mes bourrelets se voient d’avantage, mais ça m’a libérée. Dans les villages naturistes, on ne regarde pas le corps des autres.
Mais surtout, cela m’a donné une plus grande confiance en moi, même au quotidien.

Exposition le 27 mai de 12hà 19h
Galerie Joseph 
66 rue Charlot, 75003 Paris

2 commentaires
4

Vous devriez aussi aimer

2 commentaires

_Hub_ 19 mai 2021 - 23h10

Vivre ensemble sans la contrainte vestimentaire apporte un bien être difficile à expliquer tant que nous ne l’avons vécu !
Nous voyons dans le corps de nos semblables une personne simple, entière & sans fioriture. Notre peau raconte notre histoire au fil des années apportant constamment beauté.
Vive le naturisme. (ツ)

Répondre
Top départ pour la campagne FFN ! – Naturisme hebdo 24 mai 2021 - 16h52

[…] Les boomeuses, avec le témoignage d’Edith. […]

Répondre

Laisser un commentaire