ma version de l'histoire

Ma Version de l’histoire, une thérapie de couple jubilatoire au Théâtre Michel

par Arielle Granat

Abonné aux Molières, l’auteur, comédien et metteur en scène Sébastien Azzopardi (La Dame blanche, Dernier coup de ciseaux…) livre avec sa nouvelle pièce Ma Version de l’histoire une savoureuse variation sur la vie de couple, promise à un beau succès.

Sam (Sébastien Azzopardi), gérant d’un restaurant et Val (Miren Pradier), cadre dans la finance, en couple depuis plus de vingt ans, décident de se rendre à une thérapie de couple. Mais chacun a « sa » version de l’histoire qui les ronge depuis des années. Une histoire que le spectateur va découvrir dans une mise en scène particulièrement inventive, où les retournements de situation, féroces et souvent hilarants, mettent à mal ce prétendu jeu de la vérité.

théâtre Michel, Ma version de l'histoire

Ma version de l’histoire, une savoureuse variation sur la vie de couple

Portée par le virevoltant duo que forment Sébastien Azzopardi et Miren Pradier, la pièce fait mouche à chaque réplique, chacun pouvant se reconnaître dans ces scènes de la vie conjugale croquées avec justesse. Les deux comédiens y alternent jeu du chat et de la souris, répliques assassines et réminiscences du grand amour, à la façon des couples des grands classiques de la comédie américaine.

Alexandre Nicot, qui incarne deux rôles et Déborah Leclercq dans un triple rôle (la petite amie du rejeton et prof de guitare de Sam, et sa serveuse au restaurant) complètent à merveille la distribution, chacun livrant également « sa » version de l’histoire.

Le tout avec une belle ingéniosité côté décors, changements de costumes à vitesse grand V, superbes lumières et musique, qui font de la pièce un moment de théâtre réjouissant. Pour finir sur une superbe version, interprétée avec une rare sensibilité par Déborah Leclercq, de la chanson italienne « Love in Portofino », immortalisée par Dalida.

L’amour, toujours, quelle que soit la version de l’histoire.

Ma version de l’histoire
Du mardi au dimanche, jusqu’au 6 juillet.
Théâtre Michel
38 rue des Mathurins
75008 Paris
01 42 65 35 02

 

A. Granat

 

A  voir aussi : Le Prix de l’Ascension, une satire féroce du monde de la politique à la Comédie de Paris

 

Photos@Émilie Brouchon

0 commentaire
0

Vous devriez aussi aimer

Laisser un commentaire