« Le temps qui reste » : 4 potes et un enterrement