Mon couple ronronne ?
Non il ronfle, 5 trucs à tester pour une nuit paisible

Jusqu’à maintenant, je regardais avec émotion et un regard tendre et amusé ces « vieux » couples qui se mettent à faire chambre à part  parce que l’un des conjoints ronfle vraiment trop fort.

mon couple ronfle

Mais lorsqu’un beau matin, alors qu’on est encore loin, avec notre petite cinquantaine, de l’âge de ces petits couples si attendrissants, et qu’a priori  il nous reste pas mal d’années à partager le lit « conjugal », notre moitié nous dit «  c’était vraiment insupportable comme tu as ronflé cette nuit ! », on prend un sacré coup de vieux !

Vexée, vous lui répondez que son ronflement vous crispe aussi, et que vous avez parfois l’impression de partager votre lit avec une moissonneuse batteuse.

Puis un matin, après avoir été réveillée en sursaut la nuit par des petits coups dans le bras destinés à faire cesser tout ronflement, vous avez droit à cette phrase, très sérieuse, qui créé un avant et un après dans votre vie conjugale.

« Là, c’est plus possible, ou tu vas voir un médecin, ou dès que notre aînée part de la maison, je prends sa chambre ».

Voilà comment, en une nuit , on passe du statut de couple encore beau et amoureux, à celui de couple de « petits vieux » sans même avoir eu le temps de s’y préparer.

Il ronfle ! Pour aider votre couple, on vous propose 5 trucs anti-ronflements qu’on a testé

Dormir sur le ventre
Placer une balle de tennis ou de ping-pong dans un gant de toilette. Cousez-le dans le dos du pyjama, pour que votre compagnon/compagne ne puisse plus dormir sur le dos.
Note : 7/10 pour l’originalité du concept de la balle de tennis dans le pyjama

Siffler
Méthode classique, célébrée par Louis de Funès dans « La Folie des grandeurs ». Hasardeuse aussi, parfois ça marche, parfois non.
Note : 5/10, car le truc reste aléatoire

Le ou la réveiller
Si le petit câlin sur le bras ne suffit pas, il faut le (la) secouer jusqu’à un réveil complet. Une fois réveillé (e), il (elle) ne ronflera plus.
Note  : 9/10, méthode extrême, mais qui permet de dormir. Au moins, pendant qu’il (elle) est réveillé(e) et le temps qu’il (elle) retrouve sommeil, il (elle) ne ronfle pas, c’est toujours ça de pris.

L’engueuler
Au moindre ronflement, se mettre à l’engueuler, lui dire qu’on n’en peut plus, crier qu’il faut qu’il arrête tout de suite ses ronflements, que ça ne peut plus durer, que vous voulez dormir…
Note  : 2/10, ça défoule, mais en général, le (la) coupable ne se réveille même pas. Dans ce cas, n’hésitez pas à hurler.

L’enregistrer
Avec votre smartphone, ou tout autre appareil, immortalisez ses barrissements. Habituellement, la mauvaise foi est de règle dès qu’on parle de ronflements (« mais tu racontes n’importe quoi, moi, ronfler ? »). Avec ce truc imparable, les nuisances sonores intempestives ne s’arrêteront sans doute pas, mais vous tiendrez au moins votre petite revanche sur son insupportable déni.
Note : 1/10, inutile mais tellement jouissif.

Arielle Granat

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *