Les bonnes intentions avec Agnès Jaoui

Dans Les Bonnes intentions de Gilles Legrand, Isabelle (la toujours excellente Agnès Jaoui, qui donne corps à son personnage) consacre sa vie à l’humanitaire  en donnant des cours d’alphabétisation, quitte à délaisser ses deux ados et son mari. Un film drôle, intelligent et sensible.

Les bonnes intentions

Elle est tellement investie dans le social qu’elle ne se rend pas compte que sa famille n’en peut plus de sa générosité envers les autres. Sa fille a honte de cette mère qui lors d’une sortie shopping mère/fille, demande à la vendeuse d’une marque pour ado combien d’euros sont reversés aux enfants du Bangladesh qui ont fabriqués ces culottes à 2 € ! Et son mari yougoslave, qu’elle a rencontré en mission pendant la guerre il y a plus de 20 ans, en a assez de passer après « ses» immigrés. Sa crise de couple donne d’ailleurs lieu à de savoureuses scènes de séances de thérapie de couple.
Lorsque ses « élèves» étrangers, à qui elle essaie d’apprendre les subtilités de la langue française, se rebellent contre l’utilité de ses cours, alors que selon eux le sésame pour trouver du travail en France est le permis de conduire, elle se met en tête de leur faire passer le code et le permis avec l’aide d’un directeur d’une auto école (Alban Ivanov) pas très investi (au départ) par cette mission. Bien dans l’air du temps des films de cet automne sur la crise sociale en France (le grand bain de Gilles Lellouche ou en janvier la sortie du film Les invisibles), cette comédie sociale feel good movie est traitée en comédie humoristique avec évidement happy end réjouissant. « Nos bonnes intentions » surfe joliment sur les préjugés en compagnie de cette bande d’immigrés de tous les pays, chacun étant victime des clichés qu’ils transportent. On rit beaucoup avec ces acteurs tous excellents, et cela fait du bien.

Lire aussi l’interview qu’Agnès Jaoui a accordé aux Boomeuses et où elle évoque son rôle.

Les bonnes intentions de Gilles Legrand avec Agnès Jaoui, Nuno Roque, Alban Ivanov…
En salle le 21 novembre.


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *