Jacques Higelin : « Avant 50 ans, on est jeune et beau.
Après on est beau »

Disparu à l’âge de 77 ans, Jacques Higelin a marqué de son empreinte la génération des Boomeurs et leurs enfants. Retour sur la carrière d’un artiste hors du commun, poète et showman d’une incroyable générosité.

 

 

Il court, il court Jacques Higelin
 

Parti le 6 avril, Jacques Higelin débute sa carrière au cinéma en 1959, après avoir fréquenté le cours Simon. Il joue dans Le bonheur est pour demain d’Henri Fabiani, aux côtés d’Henri Crolla, extraordinaire guitariste de jazz trop méconnu disparu à l’âge de 40 ans, qui fut l’ami de Prévert et l’accompagnateur d’Yves Montand. C’est Crolla qui lui offrira sa première guitare et lui donnera ses premiers cours sur l’instrument. En 1964, le mythique producteur Jacques Canetti, découvreur de Brel, Brassens, Aznavour, Gainsbourg, Mouloudji, Henri Salvador et tant d’autres, remarque ses talents de guitariste et lui propose de mettre en musique des poèmes de Boris Vian chantés par Serge Reggiani et Catherine Sauvage. L’année suivante, Higelin rencontre Brigitte Fontaine et lui écrit ses premiers succès : « La Grippe », « On est là pour ça »...

 

Mais c’est avec l’album BBH 75, publié en décembre 1974, qu’il connaît la célébrité. Le chanteur y adopte un ton très rock, porté le bassiste Simon Boissezon et le batteur Charles Benarroch, dont les initiales forment, avec celle de Higelin, l’acronyme de l’album. Il aura entretemps joué dans Elle court elle court la banlieue, film de Gérard Pirès qui sort sur les écrans en 1973, où il tient le rôle principal aux côtés de Marthe Keller.

En 1976, avec Irradié, auquel collabore le jeune Louis Bertignac, futur guitariste de Téléphone, Higelin imprime définitivement sa marque rock. L’album est plébiscité par le public. La même année, il poursuit dans cette veine avec Alertez les bébés !, disque d’or qui remporte aussi le Grand Prix du disque de l’Académie Charles-Cros. De 1976 à 1988, l’artiste devient incontournable, avec son chef-d’œuvre Champagne pour tout le monde et Caviar pour les autres en 1979, et bien sûr Tombé du ciel en 1988, dont la chanson-titre reste emblématique de l’artiste. Fou de Charles Trenet, qui a bercé son enfance et qu’il a merveilleusement interprété dans une mémorable tournée en 2005, fan du jazz de Fats Waller, il restera le seul artiste français capable de tenir en haleine son public parfois plus de sept heures, lors de soirées mémorables au Cirque d’hiver et au Casino de Paris.

 

Jacques Higelin concert Philharmonie de Paris Les Boomeurs

 

L’artiste donnera son dernier concert, auquel participeront ses enfants Arthur H. et Izïa, sur la scène de la Philharmonie de Paris avec l’Orchestre national d’Île-de-France en 2015. Un concert qui vient d’être mis en ligne sur le site de la Philharmonie de Paris, plus de deux heures emplies d’une extraordinaire émotion.

Article paru sur  Les Boomeurs (la déclinaison masculine des Boomeuses)
Photo de une : Concert à la Fête de l’Humanité du 14 septembre 1986 © André Durand / AFP

 

Les boomeurs

Lire aussi : Portrait de Stéphane Verdino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *