Faire fondre la culotte de cheval

Élégamment appelé culotte de cheval, cet amas de cellulite qui se pose sur nos cuisses n’a de poétique que le nom ! Et reste la phobie des femmes dont peu sont épargnées, surtout à partir de la cinquantaine.

La culotte de cheval est un amas graisseux sous-cutané, plus ou moins important qui se localise généralement au niveau des fesses, des cuisses et des hanches. Lorsque le corps stocke trop de cellules graisseuses, la cellulite adipeuse apparaît. C’est la fameuse culotte de cheval qui n’épargne même pas les minces et qui est souvent héréditaire.
Pour savoir si vous avez de la cellulite adipeuse, il suffit de pincer légèrement votre peau qui dans ce cas donne une apparence bosselée à la peau. C’est la fameuse peau d’orange.

culotte de cheval

La culotte de cheval, un problème bien féminin

On connaît l’utilité des cellules graisseuses pour notre corps, puisque c’est grâce à elles qu’il va puiser ses ressources d’énergie. Mais lorsque le corps absorbe plus de graisses (avec un apport trop élevé en calories) qu’il n’en brûle (manque d’activité physique) cela entraîne un déséquilibre. Et la réserve de graisse va se stocker au niveau des hanches en prévision d’une grossesse et d’une période d’allaitement. Notre corps se prépare donc à répondre à ses importants besoins énergétiques en se modifiant.

Le problème est que même à l’âge où l’on ne peut plus avoir d’enfant, le corps ne fait pas la différence et à la ménopause, notre corps subit des dérèglements hormonaux qui favorise aussi ce phénomène.

A la ménopause, les bouleversements hormonaux vont aussi entraîner un stockage des graisses plus important, souvent accompagné d’une prise de poids, là encore localisé sur les hanches et les cuisses.

Que faire pour lutter contre cette culotte de cheval

Heureusement, aujourd’hui, il existe quand même des solutions pour combattre efficacement ce problème, notamment avec l’alimentation, le sport et la cryolipolyse pour la culotte de cheval qui fonctionne très bien sur cette partie du corps.

Les remèdes anti culotte de cheval

On favorise les aliments qui limitent le stockage des graisses ou qui facilitent leur déstockage. On privilégie les aliments riches en fibre (légumes et fruits), les aliments bourrés de protéines (volailles poisson, crustacés) et on s’hydrate beaucoup.
On se met au sport avec une activité physique régulière qui va remuscler nos cuisses et nos fesses. On privilégie la natation ou l’aquabiking, parfait pour affiner les cuisses.
A la maison, on privilégie les massages « palper-rouler » avec une crème anti-cellulite en se concentrant sur les zones qui en ont besoin.

Savez-vous pourquoi on appelle cet amas graisseux culotte de cheval ?

Cela remonte au XIXème siècle, à l’époque où les femmes cherchant à s’émanciper décident de monter à cheval comme les hommes, c’est à dire à califourchon.
Très vite, elles commencent à souffrir de douleurs et de rougeurs, mais aussi d’une diminution de leur amas graisseux avec même une perte définitive d’une partie de cette graisse au niveau des cuisses, lorsqu’elles montent à cheval par temps froid. C’est pour contrer ces problèmes qu’est alors inventé un vêtement adapté, bouffant et isolant la peau des cuisses du froid : la fameuse culotte de cheval, qui donna son nom aux réserves graisseuses qu’elle protégeait.

La Cryolipolyse par le froid avec Coolsculpting

C’est en s’inspirant de cette histoire que des chercheurs américains en lasers médicaux de Harvard, ont eu l’idée d’utiliser le froid pour tenter de détruire une partie des amas graisseux localisés, que ce soit chez l’homme ou la femme, donnant ainsi naissance à la cryolipolyse et au Coolsculpting. Le Coolsculpting que l’on peut tester au Centre Lazeo Paris est un traitement non invasif qui utilise un refroidissement ciblé qui cristallise les cellules graisseuses et provoque ainsi leur destruction. Les cellules sont ensuite éliminées progressivement par l’organisme.
Dans le cas de la culotte de cheval, on peut traiter l’intérieur et l’extérieur des cuisses grâce à deux applicateurs différents, chacun ciblant un problème particulier.
En général, il suffit d’une ou parfois deux séances, pour constater une perte de 30 % en moyenne du tissu graisseux. On constate les premiers résultats un mois après la première séance et ils deviennent optimaux 3 mois après.

 

 

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *