Et vous, vous textotez ?

Et vous vous textotez ?

Je déjeunais cette semaine avec une amie, qui a du écrire trois textos pendant l’heure que nous avons passée ensemble : à moitié là dans la conversation avec moi, à moitié dans une relation avec un potentiel amoureux, commentant les textos du monsieur en question, me demandant ce que j’en pensais, ce qu’elle devait répondre, et je me disais que finalement on a beau avoir l’âge qu’on a, tout est toujours pareil, et je ne parle pas de la relation pseudo amoureuse ici, je parle de cette incapacité à être seulement là où on est, dans un échange sur le moment … ça m’a saoulée.

Je suis d’un temps où quand on voulait prendre rendez vous on s’appelait, où on savait au ton de la voix de quelle humeur était l’autre et quand on ne pouvait se joindre on se faisait une raison : cela viendrait en son temps

On n’ était pas dans la possibilité du lien permanent, on ne s’inquiétait pas à coups de « téou ? » , bref on était libres de faire ce que bon nous semblait sans possibilité d’être joignables et aujourd’hui, comme les bonnes choses dont on a pas assez su faire cas, il nous prend la nostalgie de ces heures toutes personnelles.

Les boomeuses

Beaucoup d’utilisateurs préfèrent textoter plutôt que parler… Or, l’absence de ton rend équivoque tout message : combien de fois s’est on interrogées sur l’ironie présente ou non dans le message, voire sur l’humour  sur la colère ? Que penser des smileys qui divisent le monde entre ceux qui font la gueule et ceux qui ont un sourire jusqu’aux oreilles ? Qui souvent sont le signe en fait d’une fin de communication du genre  » ok, c’est bon, très drôle, on arrête là »…

Que penser des textos laconiques qui signent la fin d’une histoire d’amour :  » bon vent…  » ? ou bien des textos à rallonge où entre une phonétique fantaisiste et une orthographe surprenante on passe de longues minutes à s’interroger sur le sens du message ? Des textos de nos amis qui s’obstinent à parler  » Djeuns » sans la traduction ad hoc ? D’une ponctuation qui se démultiplie : !!!!! ou encore ???? comme des cris silencieux mais néanmoins agressifs ? Des textos d’inconnus en colère de ne pas figurer dans notre répertoire, de n’avoir pas été identifiés derechef ? Des « humm, pffft, ouf, oh, lol « … et autres interjections inutiles qui jalonnent ces écrits spontanés ?

Le texto exige, en quelque sorte, une réponse dans l’immédiateté, une disponibilité … La non réponse est interprétée elle aussi comme un signe de quelque chose qui, au final, participera à nous polluer le moment. Tout fait signe dans ce genre de communication qui se passe de l’oral, le silence comme les mots.

C’est tellement bon d’entendre la voix de l’autre ! De s’appeler dans une intimité tranquille, lovée dans son canapé, dans un espace temps défini entre soi, de prendre le temps de cela…

 

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

 

Lire aussi : Nos petits tics langagiers

 

10 Comments

  • Répondre juin 3, 2016

    sylvie

    Je rentre de vacances et j’en ai raté des chroniques …. je ne rattraperai pas les commentaires, tant pis, mais là sur les textos je trouve comme vous que c’est insupportable et plein de lien à la fois … doser, ne pas répondre dans l’immédiateté, penser au quiproquo, mais aussi recevoir un petit texto de son amoureux qui nous dit qu’il a fait bon voyage, par exemple, c’est quand même délicieux … bon we Dominique et merci pour tous ces textes si bien écrits, justes et drôles …

  • Répondre juin 1, 2016

    matchingpoints

    Oui, nous textotons, mais pour remplacer un coup de fil d’information et pour ne pas déranger la personne. Mais jamais lorsque nous sommes avec d’autres – il faudrait sortir un guide pour apprendre aux gens comment se comporter avec un portable !
    C’est vrai, il existe une écriture, une langue très spécifique. Les jeunes la maîtrisent parfaitement, nous, on essaie 🙂

    • je me bats avec mon ado, pour qu’au moins pendant les repas, il laisse tomber son portable.. il m’est même arrivé de lui confisquer le soir pour qu’il fasse une vraie nuit .. car j’entends mes élèves qui disent avoir passé une partie de la nuit à textoter à droite et à gauche ..
      j’ai lu aussi que beaucoup ne coupent pas la sonnerie la nuit, et pas seulement les ados, et de fait se trouvent réveillés par l’annonce d’un message .. Je trouve cela vraiment dingue !

  • Répondre juin 1, 2016

    Anne

    Je textote beaucoup avec mes copines mais en fait c’est pour ne pas se déranger mutuellement. Surtout que la majorité travaille encore, du coup on prend rendez vous par texto et chacune répond quand elle a le temps. Il faut dire que pour ma part le bip des textos est extrêmement discret. Par contre quand je suis avec quelqu’un il reste au fond de mon sac.

    • oui, on doit avoir cette latitude de répondre quand on le peut et non dans l’immédiateté, comme le pensent certains … le portable crée un lien permanent, peut être une entrave à la liberté de faire ce que bon nous semble si on se sent dans l’obligation de répondre .. Les textos induisent souvent des malentendus faute d’avoir le temps, mais ça peut être aussi un joli lien, je crois que tout est histoire de dosage …

    • il me semble Anne, que c’est là le minimum du respect envers l’autre que d’être dans la relation présente en effet ..

  • Répondre juin 1, 2016

    Christine Bossu

    J’ai un portable et je ne m’en sers mais jamais quand je suis avec quelqu’un. Je me consacre entièrement au moment présent et oui, je râle parfois quand la personne se penche un peu trop sur son écran. Et je ne parle même pas des rendez-vous professionnels interrompus par la sonnerie de l’interlocuteur/triche, incapable de se consacrer à vous 20 mn et d’éteindre son portable. Singulier manque d’éducation…. qu’on ne vous pardonne pas si vous, vous avez oublié d’éteindre le vôtre quand vous êtes le demandeur. Dominique, je propose la rédaction à deux mains d’un guide des usages à l’attention des accros au smartphone, qu’en pensez-vous ?

  • Répondre juin 1, 2016

    KTI

    Arrgh ces portables! J’en ai un, comme (presque) tout le monde, mais je maintiens ma volonté de rester libre et indépendante en ne le consultant qu’épisodiquement dans la journée (et encore, si j’attends un message important). ET JE NE METS PAS DE SMILEYS saperlipopette, car évidemment ce n’est jamais le bon (« tu es fâchée tu n’as mis qu’un sourire », « tu t’en fiches, tu n’as pas mis des points d’interrogation »……)
    Rien ne m’énerve plus que d’être dans la situation que vous décrivez si bien : face à face avec quelqu’un qui ne vous entend ni ne vous voit, incapable de se concentrer sur votre moment à deux, car trop occupé par ces 200g de plastique.
    Ça vous a saoulée…. qu’avez-vous dit (ou fait)?
    La dernière fois que ça m’a saoulée, j’ai ouvert ma grande bouche, j’ai râlé (sans smileys), ça a marché, on a pu continuer la conversation à deux sans « bip-bip » perturbateur… mais c’est peut-être la dernière fois que je prenais un café avec cette personne… 🙂

    • Je lui ai dit que ce n’était pas un homme pour elle … hi hi … ça a coupé court !

Laisser une réponse