Elle nous quitte !

Ça y est. Elle nous quitte, elle part  ! Après un quart de siècle passé en cohabitation avec ses parents et sa soeur, elle « abandonne » le domicile familial.

Ma-fille-quitte-le-domicile-familial-Les-Boomeuses

Oui, à 25 ans, notre fille aînée part habiter seule. J’éprouve des sensations bizarres, suis-je contente ou triste de ce départ ?

Quand mes enfants étaient ados et que je pensais au moment où ils quitteraient la maison, j’avais des bouffées d’angoisse à l’idée du fameux «nid vide».

Les années ont passé, et les enfants étaient toujours là. Tellement là d’ailleurs, que j’ai alors secrètement espéré leur départ.

Puis un jour,  alors qu’on y croit plus vraiment, voyant notre fille jouer les Tanguy féminines, la nouvelle vous tombe dessus.

« Ça y est je pars,  j’ai trouvé une coloc. »

Et là, ma première réaction est :
– Chouette plus de disputes avec sa sœur !
– Chouette plus de disputes avec moi !
– Chouette je vais récupérer sa chambre pour me faire un dressing géant !

Sauf que cette chambre est très convoitée et on va sûrement devoir la jouer au poker :
Son père veut en faire son bureau pour enfin être tranquille et sa sœur une chambre bis pour y mettre son fouillis, qu’elle n’arrive pas à gérer dans une seule pièce.

Après l’excitation du déménagement, je m’imagine sans ma fille à la maison et  je commence a me poser des questions.

Et si sa façon « nonchalante » de me répondre et celle assez agaçante de confondre notre  maison avec un hôtel 4  * allaient me manquer ?

Je me retrouve envahie de questions :
– Combien de fois par semaine verrais-je ma fille ?
– Viendra-t-elle nous voir  ?
– Me téléphonera-t-elle tous les jours ?

Et si finalement, après l’avoir souhaité, son départ me rendait triste ou plutôt nostalgique de la fin d’une époque ?
Puis, je me dis, chouette, il m’en reste « encore » une à la maison !

Mais  après ?

P.S : Ma fille ne part ni en Australie ni en Asie, mais seulement à 20 minutes de la maison.
P.S bis : La cadette vient de réaliser que le départ de sa sœur signifiait aussi la perte de « sa garde-robe ».  Et  ça c’est dur !

 

 

Arielle Granat

 

 

6 Comments

  • Répondre octobre 4, 2014

    Manou D

    Whoaou, on se sent moins seule quand on lit ça !! Je viens de découvrir ton blog, merci pour tes articles, ça fait chaud au cœur de lire des personnes du quasi même âge avec les mêmes problématiques et toujours plein d’humour !!! Merci !!

    • Répondre octobre 5, 2014

      Arielle Granat

      Merci Manou pour ton adorable message. En effet, l’humour doit rester une de nos « armes » essentielles pour lutter contre les « problèmes » liés à notre âge.

  • Répondre septembre 30, 2014

    matchingpoints

    Nous avons déjà connu ce moment d’envol, tant voulu et tant redouté par les uns et les autres.
    On a beau se dire que l’on n’ élève pas son enfant pour soi-même mais pour en faire un être autonome, lorsqu’il s’en va, on a l’impression que c’est une part de nous.
    Mais rassurez-vous, ce n’est de courte durée, votre fille aura le plaisir de vous voir, vous allez établir un autre lien qui dépassera celui de logeuse…

    • Répondre septembre 30, 2014

      Arielle Granat

      En même temps, je suis contente pour elle, et il y a un moment ou nos enfants doivent « vivre » leur vie.

  • Répondre septembre 30, 2014

    Dominique d'Angers

    J’ai 3 filles, quand la 1ère est partie d’abord pour ses études et ensuite pour faire sa vie à Lyon ( elle est prof je la vois à toutes les vacances scolaires) je me suis dit Ouf j’en ai encore deux à la maison…

    Quand la 2ème est partie travailler à Paris (mais elle revient souvent à la maison) je me suis dit Ouf j’en ai encore 1 à la maison.

    Et maintenant au tour de notre petite dernière qui vient de partir en Angleterre pour 1 année.

    Donc PLOUF!!! Ya plus personne à la maison

    Avec mon mari nous sommes donc partis 8 jours en vacances et à notre retour on a repris notre vie à deux doucement car l’un comme l’autre pour l’instant on « Glandouille » Car non seulement la maison est vide mais en plus elle est propre, rangée (moins de boulot)
    Mais ça n’a pas duré car avec Face Time, Skipe et les téléphones en fait on est toujours branchés avec nos filles donc c’est cool maintenant elles font leur petite vie et savent qu’ on sera toujours la pour elles.

    • Répondre septembre 30, 2014

      Arielle Granat

      Ah oui, la bonne nouvelle c’est la « réappropriation  » de mon espace et un peu moins de fouillis dans le salon.

Laisser une réponse