Pourquoi j’aime le cinéma

film-cinema-les boomeuses

J’ai vu le film de Jacques Doillon qui est dans la sélection officielle à Cannes. Je ne veux pas faire une critique mais juste une réflexion de cinéphile à propos d’un film mortellement ennuyeux.

Vincent Lindon y est Rodin, comme tout le monde le sait. Izia Higelin, Camille Claudel. Séverine Caneelle, Rose Beuret, la femme de Rodin.

J’ai cru un long moment que j’avais un problème d’oreille ou de cerveau car impossible de comprendre ce qui se disait là. Et puis finalement, je me suis habituée à ne rien comprendre et les bribes que je saisissais çà et là me navraient tant par leur ridicule, que j’ai préféré  les ignorer. Et tout le reste, à l’identique.

Finalement en sortant, je me disais : mais qu’est ce qui fait un bon film ?

film-cinema-les boomeuses

Un bon film nous fait décoller. On n’est plus assis dans nos fauteuils, on est DANS le film, on rit, on pleure, on est interpelés, dérangés, interrogés, surpris, béats, haletants, on sourit, bref on interagit. Et pour ça, il faut que les comédiens soient aussi dedans, nous fassent oublier qu’ils jouent et que là en fait, ils sont juste en train de réciter ou d’obéir au metteur en scène. Il nous faut des  longueurs qui ont du sens, dont on aurait envie qu’elles s’étirent à l’infini.

Bien sûr que tout n’est qu’illusion. Mais le beau dans l’illusion c’est de nous faire croire en la réalité. Je veux croire quand je vais voir un film en la réalité de l’amour, du farniente, des miracles, des cascades, je veux être touchée et après y repenser souvent et me sentir un peu différente le temps que le film glisse en moi. J’attends du cinéma qu’il fasse chavirer mon coeur toujours de midinette.

J’ai eu de grandes histoires d’amour au cinéma, je suis sortie parfois les yeux tout rougis de larmes, j’ai eu envie de telle ou telle robe à devenir dingue jusqu’à ce que je trouve, je me suis maquillée les yeux comme une telle, j’ai eu envie de repartir en Italie, de visite la Chine, le Japon, j’ai bu des paroles, j’ai entendu des mots que j’aurais pu dire ou que j’ai dit après. Car oui, le cinéma c’est aussi des répliques cultes, qui sont passées dans notre langage qu’on place avec un petit contentement ou une franche rigolade dans nos conversations.

Je les regarde ces actrices défiler sur le tapis rouge, monter les marches, dans leurs robes somptueuses, de princesse, ou à moitié à poil, et je me demande pourquoi il n’y en a jamais une qui arrive dans une grande chemise, avec des chaussures plates, sans un soupçon de maquillage, juste nue en quelque sorte, à l’essentiel.

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

5 Comments

  • Répondre juin 4, 2017

    carre b

    ou son les films comme autant en emporte le vent ou les hauts de hurlevent ou on était en attente jusqu’à la dernière seconde et ou il n’y avait pas besoin que les actrices se mettent à poil pour qu’ un film fasse de l’audience

  • Répondre juin 2, 2017

    Detot

    Joli article enfin vous décrivez admirablement ce que je ressens. Oui j’aime décoller quand je regarde un film j’aime être emmené dans l’histoire et malheureusement cela ne m’arrive plus beaucoup.

    • Pour ma part quelques fois, mais c’est vrai que ça devient rare, donc précieux … là je vais aller voir  » la jeune femme » et  » l’amant double » , je pense que ce sont là deux films intéressants même si ils ne vont pas m’emporter … Bon dimanche !

  • Répondre juin 1, 2017

    Consuelo

    Comme vous, j’ai trouvé ce film affreusement ennuyeux et comme vous j’ai trouvé le son extrêmement mauvais !

Laisser une réponse