Paroles d’experts
les « fillers » pour la bouche

Paroles d’experts  :  médecine et chirurgie esthétique

DR-Anne-Grand-Vincent-Les-Boomeuses

Tous les 15 jours,  nos médecins experts en médecine et chirurgie esthétique se pencheront sur un point précis du visage.
Pour débuter cette série, le  Dr Anne Grand-Vincent, médecin spécialisé en médecine esthétique, s’intéresse à notre bouche.

 

Augmenter, corriger, dérider le contour des lèvres.  A faire et à ne pas faire.

Avec l’âge, il est fréquent que les lèvres s’amincissent, soient moins lisses, moins souples. Quelles techniques, quels produits faut-il choisir ou rejeter ?

Dr Anne Grand-Vincent :
La seule possibilité assurant un résultat naturel est l’injection d’acide hyaluronique et surtout un acide hyaluronique sur lequel nous avons du recul pour connaitre ses effets ; il en existe plusieurs. Un certain nombre de laboratoires en ont formulé spécifiquement pour cette zone et le médecin fera son choix selon ce que sa patiente cherche à obtenir : un effet volumateur ou plus naturel, un aspect plus souple et plus lisse voire la correction d’une petite dissymétrie.  L’acide hyaluronique est un produit de comblement qui s’élimine après plusieurs mois mais bien qu’il s’estompe il a aussi pour effet de relancer la fabrication de collagène sur la zone traitée, donc de conserver à la peau un meilleur volume même après son élimination.
Par contre il faut refuser la demande de volumateurs permanents, autant par souci de sécurité que pour des raisons esthétiques. N’oublions pas qu’un visage se modifie au fil des ans et qu’une bouche très pulpeuse dont le volume est définitif dans un visage qui se creuse, cela se remarque.

Avant

Avant

Quelles sont les demandes de traitement les plus fréquentes des quinquagénaires pour cette zone ?

Dr Anne Grand-Vincent :
Le comblement des sillons nasogéniens  (les deux creux qui démarquent les joues), des plis d’amertume qui donnent un aspect tombant à la bouche et surtout ce que les médecins ont pris pour habitude de nommer « le code-barre », allusion imagée aux rides verticales qui se creusent au-dessous et au dessus des lèvres. Pour cette partie, il est important de faire appel à un médecin déjà expérimenté pour éviter un gonflement inesthétique et un épaississement de la partie blanche de la lèvre. Il faut garder aussi en mémoire que les injections d’acide hyaluronique vont sensiblement atténuer, diminuer ces ridules mais ne les feront pas totalement disparaître.

Comment savoir si vous vous adressez au bon médecin qui saura respecter l’aspect naturel des lèvres tout en leur redonnant un coup de jeune ?

Dr Anne Grand-Vincent :
Il n’y a pas de recette mais je vous conseille déjà de regarder à quoi ressemblent les autres patientes dans la salle d’attente pour vous faire une idée. Mais aussi à quoi ressemble votre médecin surtout s’il s’agit d’une femme. Si elle-même a visiblement forcé sur les injections et que vous cherchez un résultat naturel : prudence. Voyez aussi le temps qu’il prend pour injecter : il est important de bien regarder un visage, de bien écouter la patiente et cela ne peut se faire en cinq minutes. Choisissez, de préférence, un médecin dont l’esthétique est la principale activité.

Après

Après

Etes-vous pour ou contre l’usage d’anesthésiants pour ces injections de surface ?

Dr Anne Grand-Vincent :
Personnellement,  je suis pour. Il faut que la patiente soit dans le confort et aborde la séance en toute quiétude, aussi bien pour elle que pour moi-même afin que je puisse prendre mon temps sans stress. La seule réserve est qu’il faut, dans ce cas, avoir une bonne expérience des injections et bien analyser et repérer les points à injecter avant de commencer car l’anesthésie fige les traits momentanément. Qui plus est pour tout ce qui concerne les lèvres, zone extrêmement sensible, je propose systématiquement, sauf contrordre, une anesthésie tronculaire (anesthésie dentaire), autrement ce serait trop douloureux. Notez aussi que pour le traitement des lèvres, les patientes sujettes à l’herpès labial récurent ont tout intérêt, au préalable, à effectuer une cure de Zovirax pour leur éviter la survenue, après traitement, d’un herpès.

Propos recueillis par Evelyne Dreyfus

 

Lire aussi :

Botox  : Est-ce bien pour vous ? 

Trahies par nos mains ? 

 

Soyez le premier à poster un commentaire