Peut-on vivre l’instant ?

peut-on-vivre-linstant-les-boomeuses-webmagazine-femme-50-ans

©Brigitte Lazaroo pour Les Boomeuses

« Vivez l’instant »,  » savourez l’instant » : il y a là aujourd’hui une sorte de religion à profiter de l’instant présent, alors même que ce présent est toujours dérangé par toutes sortes de sollicitations extérieures ou plus personnelles, liées à nos souvenirs, nos angoisses, nos attentes.

Alors est-ce si difficile de vivre l’instant présent ? De débrancher ? Qu’est ce que cet instant présent ? Est-ce là la seule voie possible vers une plus grande conscience du temps qui passe, augmentée encore l’âge aidant ?

On voit aujourd’hui se développer des philosophies comme le « mindfulness » (méditation pleine conscience),  être là dans ce que je fais et uniquement. Je bois mon capuccino le matin et je ne fais rien d’autre que cela, je me concentre sur ce moment et je le savoure. Je mange, je bavarde avec une amie, je ne suis que dans l’acte présent. C’est là quelque chose qu’il nous est possible de faire, matériellement déjà : couper son téléphone, éloigner de son esprit les bruits et sollicitations extérieures, oublier le temps des horloges.

Or, alors même que je crois  pouvoir maitriser mes pensées, je surprends  mon esprit en train de divaguer sur la coiffure de mon amie pendant que nous bavardons.

Ce « maintenant » semble bien rester une quête insaisissable tant nos cogitations restent omniprésentes.  L’instant présent ne serait alors  qu’une illusion ?

Si je veux profiter de l’instant, en  jouir au maximum il me faut départager ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas. Tout ce qui ne dépend pas de moi doit me laisser indifférente, ce qui dépend de moi est ce que je pense, c’est là dessus qu’il faut travailler si nous voulons accroitre notre jouissance au monde, entrer en résonance avec lui.

Aussi ne faut-il pas reconsidérer le conseil du « carpe diem » , cueillir le moment présent, et considérer plutôt notre façon de vivre ouverte sur le passé et  sur le futur ?

Comme Proust faisait ressurgir tout un univers de souvenirs en dégustant la petite madeleine dans son café, n’est-il pas plus sage de  préférer au « carpe diem »  une « coprésence »  où passé, présent et futur semblent être là simultanément, ensemble. Entrer en relation avec notre environnement, en résonance avec la nature, l’art, l’histoire c’est s’ouvrir au monde, se laisser pénétrer par des sensations c’est éviter de se barricader dans un temps présent dont on aurait chassé les souvenirs et toutes formes d’attentes futures.  Ouvrons nous donc à cette coprésence, présence au monde.

 

 

Dominique Mallié, blogueuse tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes. Philosophe à ses heures, elle nous entretiendra de questions qui nous occupent et nous ouvrira d'autres perspectives de réflexion.

 

Photo ©Brigitte Lazaroo pour Les Boomeuses
Pull Atelier de la maille

4 Comments

  • Répondre décembre 2, 2016

    chiffonsandco

    Je suis une adepte convaincue du mindfulness et je travaille pour vivre dans l’instant présent, même si ça n’est pas toujours simple car cela m’a aidée à guérir de bien des maux! J’en parlais justement dans mon dernier billet^^

  • Répondre décembre 2, 2016

    matchingpoints

    En vieillissant, on a envie de vivre le présent, de profiter de l’instant. Mais ceci n’exclue nullement une « connexion » au passé parce que le présent est aussi constitué du vécu. En se préoccupant du future, appliquons notre Carpe Diem au quotidien !

  • Répondre novembre 30, 2016

    schmitt marie françoise

    j’aime bien l’idée de coprésence car il n’y a pas de frontière plus mince que celle du passé avec le présent ou celle du présent avec le futur.

  • Répondre novembre 30, 2016

    schmitt marie françoise

    mais le temps présent n’est-il pas déjà passé alors même que ma phrase se tape sur mon clavier. Déjà les mots du début de mon propos appartiennent au passé !
    et comment, alors que l’on déguste son thé, son café ne laisse t’on pas vagabonder son esprit à songer …. au temps qui passe ! ?
    J’aime bien néanmoins cette idée de profiter du temps présent, mais en avons-nous le temps ?
    Bonne journée.

Laisser une réponse