Marie-Laurence Cattoire, cheffe d’entreprise et enseignante en méditation

Marie-Laurence Cattoire, cheffe (elle tient au féminin) d’entreprise – elle a fondé son agence de relation presse spécialisée décoration maison – est également enseignante bénévole en méditation, et vient de publier son premier livre sur le sujet. Rencontre avec une femme pleine d’énergie, joyeuse et ouverte sur le monde et les autres, qui donne vraiment envie de se mettre à la méditation.

méditation-les boomeuses

 

C’est quoi être une Boomeuse ?

Extérieurement, c’est avoir réglé pas mal de choses dans sa vie grâce à l’expérience et aux années. Intérieurement, c’est sentir une énergie débordante qui permet de faire des choix courageux et décisifs. Secrètement, c’est savoir que nous pouvons faire confiance en la vie qui recèle tant de possibles.

À 50 ans, vous commencez à enseigner la méditation, pourquoi ?

Très jeune, j’ai créée mon agence de relations médias et j’ai adoré cela. Mais dans ce métier, le paraître et la force de conviction sont essentiels. À un moment, j’ai eu peur de me perdre dans les différents rôles sociaux que j’avais à tenir. À 40 ans, j’ai décidé de participer à un stage de méditation, avec l’espoir de réunifier ma vie. Je n’ai pas été déçue ! Je n’ai pas changé ma vie pour me consacrer à la méditation, c’est elle qui s’est installée au cœur de mon quotidien et qui a, peu à peu, transformé mon rapport aux choses et au monde.

C’est quoi changer son rapport au monde ?

La méditation nous apprend à écouter. Par une attention douce et ouverte, nous voyons mieux les situations, les gens qui nous entourent, nos propres comportements. C’est comme si l’on nous apprenait – enfin – à prendre soin de notre vie et de ceux qui nous entourent. La méditation est vraiment un art de vivre.

Que vous a apporté cette pratique ?

Alors que je croyais devoir être une « mère parfaite » (j’ai trois enfants), j’ai trouvé un équilibre qui me permet d’avoir une relation saine et pleine de bon sens avec mes enfants. Moi qui voulais être une « épouse modèle », j’ai retrouvé liberté, respect et tendresse dans ma relation de couple. Alors que je pensais que seule une patronne autoritaire pouvait se faire entendre, je dirige aujourd’hui une entreprise qui se développe grâce à l’écoute, l’échange et les nouvelles activités que nous imaginons régulièrement avec mes équipes.

Est-ce que cette nouvelle approche de la vie vous aide professionnellement ?

C’est certain. Je suis beaucoup plus détendue au travail, avec mes clients, avec les journalistes. À 50 ans, je m’amuse beaucoup plus ! La méditation m’a appris à faire attention aux détails, à être de plus en précise et aussi à ne pas me prendre trop au sérieux ! Cet « entrainement de l’esprit » me donne également plus de courage pour lancer de nouveaux projets.

Des projets ?

Oui, un livre en cours d’écriture qui explique comment la méditation est une formidable réponse au monde du travail d’aujourd’hui, qui est speed, parfois brutal et souvent très déconnecté de la réalité. Durant mes périodes de congés, je vais enseigner de nombreux stages en 2018, dans le cadre de l’École occidentale de méditation. Je vais aussi développer le blog méditation et action que j’ai créé il y a 4 ans, et où je raconte notamment mes rencontres avec de grandes figures spirituelles contemporaines.

Avantages et inconvénients de la cinquantaine ?

Une femme de 50 ans se connaît bien, elle sait mettre en valeur ses qualités. Aujourd’hui, je me consacre à l’essentiel. Je suis moins inquiète et bien plus joyeuse, ce qui soulage vraiment mon entourage ! Il faut apprendre une nouvelle délicatesse avec son corps, à l’habiter différemment, dignement et avec beaucoup de douceur. Là encore, la méditation est une voie royale pour cela.

Dernier livre paru : Vive la méditation éditions Leduc.s

Propos recueillis par Arielle Granat

Soyez le premier à poster un commentaire