Maili-Mailo (3) : objet mammo

Deux femmes, deux amies s’envoient leurs petites déconvenues, leurs réflexions et les anecdotes qui rythment leur quotidien de femmes. Ni top, ni flop. Un an de mails liés à leur cinquantaine naissante, souvent drôles ou légers, parfois graves ou émouvants, mais toujours ancrés dans la « vraie vie », où toutes se reconnaitront…

Pas vraiment féministe, pas vraiment non-féministe, simplement nous, des femmes normales, de la vie normale, pour des femmes… normales.

Des échanges à retrouver chaque semaine sur Les Boomeuses.

correspondance

De Nat à Val

Objet : Mammo

Mammo, ça te parle je crois… J’attends. Déjà  c’est désagréable. Corvée impérative de l’entrée en cinquantaine. Je ne suis pas bien fière, dans ce genre de situation, on est toute petite. Magazines stupides dans la salle d’attente aseptisée. Le temps s’étire à longueur d’inquiétudes, infondées la plupart du temps. On feuillette sans y penser, on regarde sans voir et on lit sans intérêt des infos qui n’en sont pas. Les voisins d’infortune tentent d’engager la conversation que j’évite dans les règles en essayant de ne pas être trop désagréable, tu me connais… J’entends des listings complets de maux et de prescriptions, d’effets secondaires et de considérations avisées sur la météo d’hier, du jour ou à venir. Ma voisine doit avoir au moins un doctorat en pharmacie tant elle analyse ses ordonnances pour qui veut l’écouter. Donnez-lui les vôtres, sûr qu’elle connait.

On tue le temps comme on peut. C’est long, heureusement que j’ai mon petit carnet.

Des assistantes ultra professionnelles appellent les heureux élus à l’examen, sourire aux lèvres, comme si on était attendu pour passer un bon moment ensemble. Ah, c’est mon tour.
Cabine 3. Déshabillage. J’ai l’air bête. Nue dehors, nue dedans, j’ai pensé à prendre une petite écharpe pour couvrir ces seins que je ne saurais voir. Mal à l’aise. Situation incongrue. Une moitié habillée, pas l’autre. Nouvelle attente.
C’est parti. Pétrissage à gauche, pétrissage à droite, mise à plat, le mot est faible: seins écrasés tant et plus, Tex Avery n’aurait pas fait mieux. Je résiste comme je peux, bravement. Fines plaisanteries qui prouvent, ô combien !, comme je suis au-dessus de tout ça. N’empêche que je vérifie la ceinture de mon pantalon, bien remontée au -dessus du ventre pour éviter la bouée, pudiquement renommée « rondeur disgracieuse ». Je me redresse tant bien que mal pour conserver un semblant de dignité malgré les positions hautement improbables qu’on me fait prendre, seins posés sur un plateau glacé. Heureusement que j’ai matière à poser !

Bon, fini, nouvelle attente. Toujours à moitié nature, avec ma petite écharpe, j’avais l’air d’un con, ma mère, avec ma petite écharpe …Résultat, ça ne rate jamais. On vous trouve un petit kyste, à vérifier histoire de, et hop re-salle d’attente pour une écho de contrôle. Papouilles et re-papouilles, gel et tout et tout. Me revoilà encore à demi nue devant un nouvel inconnu qui me voit au travers d’un écran et qui me délivre des commentaires incompréhensibles au commun des mortels comme s’il me donnait une recette de coquillettes.

Au final, R.A.S. On remettra ça l’an prochain, et comme j’ai été très sage, je me suis laissé offrir un magnifique album d’art-thérapie. On n’a rien sans rien !
Et toi, des news ? On se voit toujours lundi ?

 

Lire les autres mails de Maili-Mailo :

Off (1)
Crème d’un jour (2)

Commandez le livre Maili Mailo de Valnat Lebel-Dupont sur Amazon 

Soyez le premier à poster un commentaire