J’ai testé le biking 2.0 et j’ai aimé !

J’ai testé le biking 2.0. Pédaler en montagne, en bord de mer, sans bouger de ma selle ni de ma salle de sport, oui, j’ai bien aimé.

biking

Le biking ou indoor cycling, c’est ni plus ni moins du vélo statique. On pédale sur place suivant un programme alternant plat, ascensions et vitesse. Le biking 2.0 ou biking connecté, c’est encore mieux : d’un côté il y a les vélos statiques, de l’autre un(e) coach et un écran géant sur lequel sont projetés des paysages et des avatars. Le cours dure 20, 30 ou 45 mn. J’aime bien le sport mais prudente, je choisis le module 30 mn. La coach s’appelle Anouk, certains cours proposent des coachs virtuels, et même des compagnons de route virtuels : pour ma part, je tiens au contact avec des sportifs en chair et en os.

Mardi midi, club Aqualoft, Paris 16e

Le Biking 2.0, c’est de la rando virtuelle, ok mais rando quand même. J’ai enfilé ma tenue (débardeur, culotte rembourrée spécial cycling sous un survêt’). Le « cuissard de cycliste », (10 € environ) s’impose, si on ne veut pas marcher ensuite comme Lucky Luke.

J’ai choisi un vélo, celui du fond de la salle, vieux réflexe d’ancienne élève qui veut pouvoir buller vers le radiateur sans être importunée par le prof.

Chaque vélo est connecté au système central. Anouk, la coach, choisit le WOD (work of day) du jour, lance la musique et voilà notre team de six participants sous forme d’avatars placés au centre de l’écran géant, sur la ligne de départ. Deux hommes pour quatre femmes, certains semblent sportifs, d’autres non. La salle est plongée dans le noir. Des loupiotes clignotent, ambiance clubbing (ça rime avec biking).

biking

 

 

biking

Un, deux, trois, go !

La piste ressemble au Tour de France. Jeannie Longo, c’est moi, je suis prête à en découdre avec la route.

-«Trop de résistance, reviens sur la vitesse» clame Anouk en position Eddy Merckx, couchée sur le guidon. Elle s’adresse à mon avatar (ça rime avec mouchard). Je mets la gomme, sermonne en pensée mon avatar cet escargot, et rattrape in extremis le peloton ; « ensemble, pour aller plus loin » ajoute Anouk, comme dans une chanson des Enfoirés.

Grâce au 2.0, on voit la route monter ou descendre, c’est bien pour anticiper, gérer les montées en puissance ou les phases de récupération.
Route en lacet, ça grimpe, je souffle, sue, me souviens du slogan « buvez-éliminez » et descends du vélo pour boire un coup. Mon avatar qui arrivait en pole position recule de trois cases, zut.

Changement de décor

On part cette fois sur un site de bord de mer. Ciel bleu. Palmiers. Bateaux au loin. J’ai envie d’aller nager.

La conduite devient plus relax, on longe la côte tous les six à la queue leu leu. Quelques virages plus tard, fini la balade, ça re-grimpe, il faut forcer sur les cuisses, on se met à pédaler debout (il jouait du piano debout, donc tout est possible). Un coup d’oeil à mes compagnons de route, ils s’échinent aussi, l’air content du travail accompli. La techno me stimule, je fournis un effort supplémentaire, est-ce l’effet de groupe, du peloton « ensemble, pour aller plus loin » ?

30 mn plus tard, c’est la ligne d’arrivée. Mon avatar n’est pas le dernier (l’avant dernier, ok) mais j’ai une excuse : c’était ma première séance. Promis, la prochaine fois, je me dépasse. Avatar, tiens-toi prêt.

Cahier pratique :

Aqualoft, 31-33 rue le Marois, Paris 16e.

– Abonnement par cartes : 10 séances pour 197 € et 50 séances pour 797 €. Une séance = une entrée, on peut suivre les cours à volonté sur une seule séance.
-Formule sans engagement, 97 €/mois (accès à toutes les activités) ou 117 €/ mois (toutes les activités fitness + piscine).

 

Valérie Rodrigue

Soyez le premier à poster un commentaire