Dans le Hampshire
sur les traces de Jane Austen

Le 18 juillet 2017 était célébré le bicentenaire de la mort de Jane Austen. L’occasion de découvrir le Hampshire, cette campagne anglaise au charme fou, située au sud-ouest de l’Angleterre qui a vu naître et mourir l’écrivain.

Je suis donc partie sur les traces de l’auteur d’Orgueils et Préjugés, visitant les villes et villages où elle a vécu et écrit ses romans, passés aujourd’hui à la postérité. 200 ans après sa mort, la romancière fait partie des 40 auteurs les plus lus dans le monde.
Que l’on soit fan ou non de l’écrivain, impossible de résister au charme de cette région qui se laisse découvrir à toute saison. 

Bath, Winchester et Chawton

Trois villes sont encore aujourd’hui les témoins de la vie de Jane Austen : Bath, winchester et Chawton.
C’est en 1806, à 31 ans, que Jane s’installe avec sa famille à Bath, quittant le village de Steventon où son père est pasteur et où elle est née et a grandi, entourée de ses sept frères et sœurs et de ses parents avec qui elle est très proche. Dès son plus jeune âge, Jane se passionne pour la lecture, et son père lui laisse libre accès à sa bibliothèque.

A voir à Bath

Pont Pulteney-bath-jane austen-les boomeuses

Le pont Pulteney qui enjambe l’Avon

A l’époque, Bath est l’une des plus grandes villes d’Angleterre. Des architectes renommés participent à son développement et la ville attire les visiteurs grâce aux bienfaits de ses sources chaudes, mais également pour profiter de la vie mondaine de la ville.
Beaucoup de cachet se dégage de cette ville blanche (construite avec la pierre de Bath, un calcaire crème) aux belles places circulaires et élégantes avenues, aux jolies rues piétonnes, au majestueux Royal Crescent ou au Circus. La ville est d’ailleurs répertoriée au Patrimoine mondial de l’Unesco.Si Jane Austen n’aimait pas cette ville qu’elle raille dans son roman L’abbaye de Northanger (Catherine Morland en français) pour la vie mondaine et snob d’une bourgeoisie oisive venue profiter des thermes, nous, on a juste adoré cette ville qui semble inchangée et d’où se dégage un charme et une douceur de vivre infinie.  

Jane Austen Centre

Impossible de commencer la visite de la ville sans un tour au centre dédié à l’écrivaine. Jane Austen n’a jamais vécu dans cette maison, mais dans une maison voisine, mais celle-ci a été reconstituée comme telle.  A travers des photos, vidéos, textes, on découvre l’écrivaine et la façon dont la vie à Bath l’a inspirée. Avant de quitter le centre, on monte prendre un « afternoon tea », où je ne résiste pas à un « tea whith Mr.Darcy », sélection de petits sandwichs anglais, de scones chauds servis avec de la crème de la confiture et des gâteaux maisons. Evidemment accompagnés du thé de notre choix. Amusez-vous avant de quitter le centre à vous déguiser avec les costumes et robes de l’époque. Fous rires garantis !

Jane Austen

L’entrée du Jane Austen Centre

Le Royal Crescent

Jane Austen aimait se rendre au Royal Crescent, un ensemble de 30 maisons identiques construites entre 1767 et 1774 par John Wood le jeune. La façade extérieure en forme de courbe reste l’un des exemples les plus spectaculaires de l’architecture georgienne du Royaume-Uni. Chaque acquéreur achetait une largeur de façade et demandait à son propre architecte de construire l’intérieur de la maison en fonction de ses moyens. Si la façade extérieure est donc d’une belle homogéneité, ce n’est pas le cas de l’arrière, où des styles architecturaux très différents se retrouvent. Une particularité que l’on retrouve souvent à Bath.
Le numéro 1 Royal Crescent fut la première maison édifiée dans le « croissant » et servait de lieu de résidence de luxe aux visiteurs de l’aristocratie allant à Bath. Actuellement, la maison, parfaitement restaurée, restitue la vie à Bath à l’époque georgienne.

jane Austen

Le Royal Crescent en automne

Jane Austen-Bath

JAne Austen

Une architecture différente à l’arrière de la façade

Le Circus

C’est John Wood le vieux qui a dessiné cette élégante place composée de trois terrasses en courbe, inspirée du Colisée de Rome. Comme en Italie, les trois façades sont composées d’un ordre architectural différent à chaque étage. Dorique au rez-de chaussée, ionique pour le piano mobile et corinthien pour l’étage supérieur.

 

JAne Austen

The Circus, une place toute en courbe

 

jane austen-hampshire

Un ordre architectural différent à chaque étage

Les Thermes de Bath

Au cœur de la ville, les thermes romains de Bath sont admirablement conservés. On y découvre la source sacrée, le temple romain, les thermes et le musée. Si on ne peut plus s’y baigner, on peut profiter d’un bain à ciel ouvert avec vue unique sur la cathédrale au Thermae Bath Spa, dans les seules sources d’eau chaude naturelles du Royaume-Uni.

Jane austen

Un des endroits les plus visités du pays

Les Assembly Rooms et le Fashion Museum.

C’est là que la bonne société anglaise aimait se rassembler. La grande salle de bal accueillait les danseurs, et ceux qui n’aimaient pas la danse se retrouvaient dans les salles de jeux où les jeux de carte étaient très prisés, ou au salon de thé.
Aujourd’hui, des mariages y sont célébrés, et le bâtiment abrite le Fashion museum, qui expose des costumes de l’époque des Stuart à nos jours.

Shopping et brocante

Les grandes enseignes anglaises sont situées sur Union street et Milsom Street, deux rues incontournables pour un shopping «british» dans les traditions. Dans les rues autour du pont Pulteney, vous trouverez de nombreux antiquaires et charity shops, ainsi que vers la rue Bartlett, où j’ai aimé le magasin Bibico avec sa jolie sélection de vêtements, que l’on ne trouve pas ailleurs.

Fleuriste près du pont

La rue Bartlett et ses magasins

 

Où manger

La Pump Room

En sortant des thermes, on dîne au Pump Room donnant sur les bains romains, et dont Jane Austen était une habituée. Elle y observait la société qu’elle croquera plus tard dans ses romans. Un restaurant au style élégant et un peu kitsch, avec pilastres ornementaux à chapiteaux dorés et orchestre classique, donnant directement sur les sources. On se croirait revenu deux siècles en arrière. On y mange bien et contrairement au lieu, la cuisine y est plutôt moderne.

Jane Austen

Un restaurant où Jane Austen aimait venir

Sally Lun

Installée dans la plus vieille maison de la ville, on y goûte une spécialité de la ville, la brioche de Bath, qui se déguste sucrée ou salée.

Où dormir à Bath

Le N°15 Great Pulteney est un ravissant boutique hôtel, bien situé, cosy et élégant, à la déco éclectique. Les chambres, toutes différentes et douillettes, sont à partir de 104 £.

jane Austen

L’entrée du N°15 Great Pulteney

 

Soyez le premier à poster un commentaire