Et si on chantait

Et si on chantait ? Ah ah, l’autre jour, je chantais à tue-tête dans ma voiture, une chanson en anglais que vous connaissez toutes « I will survive ».

Sion chantait-chansons-les boomeuses-webmagazine-femme-50 ans

Et même je chantais dans un anglais que j’inventais au fur et à mesure, une langue qui n’appartient qu’à moi, et le monsieur d’à côté dans sa voiture, m’a fait le pouce en l’air comme sur Facebook, m’a « liké » donc de visu,  pour me dire qu’il adorait me voir chanter. Oui, parce que m’entendre il pouvait pas, il pleuvait.

Sous la douche bien sûr aussi je chante, et ça vient spontanément. Parfois je fredonne un air toute la journée, par exemple, il y a peu c’était  « ah si j’étais un  homme, je m’offrirais de beaux bijoux, des fleurs pour mon appartement et… je  me ferais construire une villa dans une ville qu’on appelle ?  » et puis hop j’invente.

Il faut dire que dans la voiture, j’écoute « Nostalgie » et là forcément, je connais presque tout. Il y les slows de mon adolescence, les boums, les soirées d’étudiantes à danser des rocks endiablés à en perdre haleine, mes mariages (deux à ce jour), les soirées au bord de la plage, bref tout un univers musical qui à chaque fois renait là. « Puisqu’on ne vivra jamais tous les deux … » écoutait-on à trente ans avec l’homme avec qui je ferai deux enfants.

 

Les chansons, une sorte de thérapie

Ce que j’aime, ce sont les « chansons à textes », comme on disait autrefois. Barbara et « Dis, quand reviendras-tu… » qui m’a si souvent accompagnée, fait pleurer aussi, car on n’a pas toujours l’humeur joyeuse avec nos ritournelles, il en est qui enfoncent bien le clou, qui enfoncent dans la tristesse, et mine de rien, pourtant, ça fait du bien. Peut être d’avoir des mots tout formulés pour partager notre morosité. Une sorte de thérapie en fait.

Il y a souvent pour les différents moments de nos vies, des chansons qui nous accompagnent, elles collent à ce qu’on est en train de vivre là et resteront définitivement figées dans ce moment. Ainsi entendre  » les vaches rousses blanches et noires  » qu’on entend plus guère je vous l’accorde, c’est pour moi la réminiscence de ma liberté toute nouvelle de jeune femme, quand j’avais enfin décidé de lâcher mes parents, mes études pour partir travailler en Normandie avant d’envisager autre chose.

Parfois, les phrases n’ont pas de sens, souvent d’ailleurs « Femmes des années 80, enceintes jusqu’au bout des seins, qu’on a envie d’appeler  » monsieur » … », ça fait rien le manque de sens, on voit bien que c’est pas possible et que le compositeur a du fumer la moquette, mais on chante quand même et ça fait du bien.

Musculairement déjà ça fait du bien, ça remonte les mâchoires, les étire, et donc c’est bon pour l’affaissement global du visage, ça enlève le pli d’amertume qui n’a plus lieu d’être puisqu’on chante. Et puis, on danse aussi, enfin je danse. Chez moi, hop, je me mets un disque , euh pardon, un CD, et je danse toute seule, ça c’est vraiment les jours où je suis au top.

Je me souviens dans les mariages autrefois, de mon père qui chantait toujours quelques chansons à la fin du traditionnel banquet (tiens, voilà un mot qui se perd), c’était toujours des chansons de Piaf ou Trenet, c’était un peu discordant mais comme tout le monde avait trop bu, ça restait joyeux et émouvant et on faisait « lalalala » pour l’accompagner, en se tenant le bras et en oscillant un peu.

Néanmoins, il parait que je chante faux, aux dires de mon musicien de fils… ça m’étonnerait puisque je parle vrai .

 

Dominique Mallié, blogueuse nous livre chaque mercredi sa vision de cinquantenaire sur des sujets qui la touchent, l'émeuvent ou la font s'interroger sous la forme de chroniques au ton décapant. Elle tenait le blog «chic, j’ai cinquante ans » sur l’Express Styles avant de rejoindre Les Boomeuses. Prof de lettres, elle organise régulièrement des lectures de textes qu'elle écrit dans sa ville d' Avignon. Passionnée d'art, elle court les expositions et nous fera également partager quelques-uns de ses coups de coeur pour les artistes.

Soyez le premier à poster un commentaire