En Ardèche, changez d’air
et changez d’ère !

Il est un endroit en France où l’on peut voyager en prenant son temps et aussi voyager dans le temps…. l’Ardèche.

A la hauteur de Montélimar, je prends la direction de Vallon Pont d’Arc et les Gorges de l’Ardèche.
Très vite la route grimpe à flanc de falaise. L’eau y a creusé des gorges profondes. L’Ardèche coule en contrebas en rivière sauvage qu’elle est. Le Pont d’Arc est là devant moi. Pendant des millénaires l’eau a attaqué la roche pour se frayer un chemin et a donner naissance à une arche de pierre monumentale qui marque l’entrée des gorges.

 

Quelque part dans la falaise se cache la vraie grotte
Quelque part dans la falaise se cache la vraie grotte
l’arc dans toute sa splendeur
L’arc dans toute sa splendeur

 

Le long des berges en contrebas, baignades et pique-niques…les touristes sont là et regardent passer une ribambelle de kayaks multicolores au parcours parfois aléatoire si l’on est plus ou moins champion de la pagaie. La descente peut durer deux jours avec bivouac sur la rive dans un paysage à couper le souffle au milieu d’une nature sauvage et préservée.

A pieds, les plus courageux empruntent un sentier qui suit ce « grand canyon ».

Je lève la tête et crois apercevoir un aigle de Bonelli qui se plait en cet endroit tout comme le faucon pèlerin et le vautour.

Les gorges sont classées « réserve naturelle nationale ». Du belvédère où je me trouve l’air y est vif. Je domine un environnement extraordinaire… des falaises de plus de 300 mètres de haut et des rochers aux formes mystérieuses. En Ardéche, terre de feu de volcans, l’eau a creusé des gouffres, ciselé, façonné cette terre et les parois laissent apparaître les énormes cavités des anciens lits des torrents. Une invitation a faire un voyage au centre de la terre…

La grotte ornée du Pont d’Arc

Face à moi, quelque part sur la paroi de la falaise, se cache l’entrée de la fabuleuse grotte ornée du Pont d’Arc, découverte par trois spéléologues ardéchois. Des éboulements successifs en ont préservé l’entrée, un boyau horizontal de 30 centimètre de haut sur 6 mètres de long mais plus loin….! imaginez …!

Les hommes de l’art….

Il y a 36 000 ans des hommes dessinaient sur les parois avec les doigts, au charbon de bois, au silex. Ils utilisaient avec génie les protubérances, les arrondis, les cassures des roches pour donner vie et mouvement aux rhinocéros, mammouths, lions des cavernes chassant bisons et chevaux…Cette grotte sera utilisée jusqu’à -20 000 ans avant notre ère par l’homme de Cro-Magnon.

Une galerie d’art souterrain.

Pour préserver son état de conservation et son intérêt archéologique, cette grotte ne sera jamais ouverte au public. Quelle signification donner à ces peintures…cela fait plus d’un siècle que les spécialistes se posent la question.

Heureusement pour nous, l’Etat et la Région ont créé un espace de restitution appelé « La Caverne de Pont d’Arc. Je suis un peu circonspect à l’idée de « changer d’ère » en visitant une réplique de la grotte ou son fac-similé.
Mais quelle émotion en découvrant le site ! Les techniques modernes ont servi l’art de la préhistoire. Toutes les caractéristiques du monde souterrain sont restituées : fraîcheur, humidité, silence, obscurité, odeurs, peintures et gravures à l’identique. Un bond en arrière de 30 000 ans. La voix de notre guide, très érudit, est notre seul lien avec le présent. Les commentaires sont savants, passionnants et poétiques. La magie opère. Notre souffle du présent rejoint le souffle du passé. Le génie de ces artistes a compressé le temps.

 L’art de la nature

 

Bien avant les hommes, la nature a elle aussi façonné ses « galeries d’art naturel » et le sous-sol ardéchois est immensément riche de ces sites.

Je me décide pour une visite du  grand site de l’Aven d’Orgnac.

 

L’Aven d’ Orgnac

L’Aven d’ Orgnac est la troisième grotte la plus visitée de France. Une cathédrale souterraine à 121 mètres sous terre. Sept cent marches à descendre (mais deux ascenseurs pour remonter). Une fois encore l’eau a sculpté cet endroit il y a six millions d’années. Des salles plus hautes que les chutes du Niagara. Je suis émerveillé par tant de beauté; des fines cristallisations, d’énormes stalagmites, des palmiers géants, des orgues, des draperies. Une mise en scène de lumière et de son renforce la beauté des lieux ajoutant mystère et émotion.

A la remontée faites une visite à la « Cité de la Préhistoire », un espace intéressant qui bouleversera surement les idées reçues sur les « hommes des cavernes » qui n’habitaient pas comme on a pu l’apprendre à l’école, les grottes, mais juste devant pour se faire un abri.

Le soleil décline, il est temps pour moi de trouver un gîte pour la nuit, près des gorges bien sûr.

Un écolodge au bord de la rivière… dans une grande forêt de chênes…comme dans un safari africain, des grandes tentes posées sur des estrades de bois avec tout le confort digne d’un trois étoiles. De la terrasse j’aperçois une grande falaise…au pied, la rivière continue de sculpter la roche, nos ancêtres étaient là …il y a 30 000 ans.

Sur le retour un petit crochet pour saluer Martine et Gérard qui peuvent vous accueillir dans leur mas « Le Mas de la Borne ». Une ancienne exploitation viticole transformée avec goût en maison d’hôtes.

Ils me conseillent vivement une dégustation d’un grand cru …d’huile d’olive, élaboré par Eric Martin, un jeune oléiculteur « bio ». Sa cuvée « sauvage » s’affiche déjà sur les tables de grands restaurants.

Comme les grands crus de vin l’huile d’olive se goûte et de déguste

Et pourquoi pas un stop au Musée de la lavande… on produit et on distille ici la lavande.On y raconte et on décline toutes les odeurs subtiles et parfums de cette plante. Dans cette ancienne bergerie les propriétaires on réussi a remettre au goût du jour l’odeur subtile qui se dégageait des armoires de nos grand-mères.

le musée de la lavande….
Le musée de la lavande

 

Voilà…je redescends dans la vallée…doucement….Le temps de retrouver l’air de mon ère.

Le temps présent…Bon voyage !

Photos et texte@Jacques Douay

 

Pour plus d’informations sur la région, contactez  l’ Agence de Développement Touristique de l’Ardèche

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *