Désirs Croisés, Chapitre 2, Anna

Désirs croisés, chapitre 2, Anna, une nouvelle de Dominique Mallié.

Après avoir croqué pendant un an notre société, l’amour, les hommes, le  couple, les enfants… avec beaucoup d’humour, Dominique Mallié passe à un autre genre,  la nouvelle à suivre chaque semaine sur les Boomeuses. Cette semaine le  chapitre 2, d’une nouvelle intitulée DÉSIRS CROISÉS à lire tous les mercredis. Si vous n’avez pas encore lu le chapitre 1, c’est ici.

desirs-croises-nouvelle_dominique-mallie-les-boomeuses-femme_50-ans_patrick-pichon

©Aquarelle de Patrick Pichon

Chapitre 2, Anna

Anna Bartoli est née en Italie, à Padova, le 15 août.

Née à la maison, entre une sage femme dépêchée d’urgence et une mère épuisée, au milieu de cette langue qu’elle comprendrait plus tard, née dans cette hystérie de la chaleur d’août. Antonietta avait poussé trois fois, sacrée femme, et la petite était arrivée… Une déception : une fille.
Des fils ils n’en auront pas, Antonietta et Vincenzo comme si la vie les punissait d’avoir accueilli leur fille avec ce mot cruel de la déception… Un a failli naitre, mais il s’est ravisé, mort in utero presque à terme.
Anna Bartoli est cette femme du train.

Anna s’est levée, elle aime les wagons restaurants, aussi, comme Antoine, mais ça il ne peut le savoir, ils ne se connaissent pas.
Beaucoup de monde dans ce compartiment : Pour la plupart des gens occupés de décoration, architectes d’intérieurs, brocanteurs, propriétaires de magasins de déco, tous dans le projet du salon  « Maisons et objets », c’est ce qu’elle comprend. Beaucoup de monde qui parle fort et finalement cela lui va bien.

Anna regarde par la vitre  le paysage qui fuit à tout allure. Il y a derrière elle le brouhaha des voix emmêlées ; devant, des champs à perte de vue, une ferme parfois, un paysage de silences, celui de la nature, qui lui correspond . Elle sort son portable de son sac, l’ouvre, pas de messages. Elle est partie d’Avignon comme on fuit, entassant à la va-vite quelques vêtements.

Elle regarde par la vitre et voit son image dans le reflet, se sourit comme on sourit à quelqu’un qu’on va quitter.

Cet été, elle ira à Rome, elle ressentira à nouveau cette sorte de débauche de la vie romaine, des voitures qui klaxonnent, de la  » mostra » comme dit sa mère : ce culte des apparences, du beau, elle se promènera le nez au vent, cherchant au détour des places les traces du Baroque avec toujours cet immense bonheur de parler la langue de ses origines et d’agiter les mains pour se faire comprendre. Elle peut le penser au futur, elle sait avec certitude que les choses se passeront ainsi.

Pour l’heure elle est dans le désir d’expositions : une petite liste des expos juste pour elle qu’elle s’est faite, le soir du réveillon,  avec toutes les résolutions pour l’année nouvelle. Le matin, visiter ; l’après-midi se balader, errer, découvrir voire redécouvrir. Partir seule, elle le fait depuis si longtemps : dix, douze années peut être. Réel plaisir de cette solitude au milieu de la foule. Les fêtes de fin d’année lui pèsent à présent que les enfants sont grands, qu’il est devenu si compliqué de les réunir tous les trois avec leurs compagnes et leurs enfants, qu’ils n’ont peut être plus ce désir aussi de se voir tous ensemble, comme avant. Elle aurait aimé ça pourtant une grande maison à la campagne et les enfants, les petits enfants, un homme rassurant, des images de cinéma qui défilent dans sa tête, de famille recomposée, de rires, de poursuites dans les prés, de jeux de société le soir. Des clichés. Elle a la nostalgie de ces images faciles. Il est rarement trop tard pourtant… C’est ce qu’elle se dit et puis aussi … qu’il y a cet homme qui la regardait avec tant d’insistance dans la voiture 3, qui la regardait tant qu’elle a eu ce geste de relever ses cheveux et de lui donner à voir sa nuque comme on s’offre. C’était doux ce regard, une caresse.

A suivre…

Pour lire le chapitre 1 : Désirs croisés

© Aquarelles de Patrick Pichon en  vente sur son site

6 Comments

  • Répondre octobre 6, 2016

    Anne

    J’adore! On se laisse aller à se mettre à la place d’Anna, le train nous emporte……

  • Répondre octobre 5, 2016

    Corinne

    oui c’est vrai beaucoup trop court!!!! On se laisse emporter par la lecture et d’un coup….. plus rien!!! Chaque fois que j’arrive au mot « A suivre » le suspens me prend…..

    • Répondre octobre 5, 2016

      dominique mallié

      Quand le recueil sera fini, cette nouvelle et d’autres, vous pourrez lire à votre convenance … c’est toujours difficile, mais en même temps intéressant , de se laisser imposer un rythme de lecture …. il faut que vous vous attachiez à ces personnages 🙂 merci pour votre commentaire

  • Répondre octobre 5, 2016

    Graveleine

    J adore!! Mais c est bcp trop court… je crois que je vais attendre deux ou trois épisodes pour les lire… alors vite la suite!!

    • Répondre octobre 5, 2016

      dominique mallié

      L’idée est de renouer avec les textes en feuilleton … et en effet cela crée une attente fort , merci de me suivre …

Laisser une réponse