Dalton Trumbo de Jay Roach

 

Dalton Trumbo_les Boomeuses-jeu concoursAlors qu’il est l’un des scénaristes les plus prisés d’Hollywood, Dalton Trumbo est accusé en 1947 d’être communiste et devient vite infréquentable pour les studios. On est en pleine guerre froide, avec une lutte de plus en plus violente contre les communistes. Dalton Trumbo fera partie des Dix d’Hollywood ayant refusé de répondre aux questions de la commission des activités antiaméricaines, ce qui lui vaudra de faire de la prison et d’être mis sur la liste noire, l’empêchant de travailler.

Le film raconte sa vie et celle de sa famille (sa femme est jouée par l’excellente Diane Lane) qui le soutiendra avec amour pendant cette (longue) période où il va écrire dans l’ombre des scénarios sous différents pseudonymes, ou signés par des amis scénaristes. L’un de ces scénarios recevra l’oscar pour Vacances Romaines avec Audrey Hepburn et Gregory Peck ! On a beau connaître cette période noire d’Hollywood, on ne sait pas toujours que la liste noire a existé jusque dans les années 1960. C’est Kirk Douglas avec Spartacus, et Otto Preminger avec son film Exodus, qui permettront à Dalton Trumbo de remettre son vrai nom aux génériques de ces deux films.

Remarquablement joué par Bryan Cranston, qui montre un Trumbo plein d’humour et de détermination, le film montre le côté sombre de cette période et la difficulté pour certains qui devaient choisir entre continuer à travailler ou dénoncer leurs amis, et ceux qui croyaient que le communisme était le mal absolu au point de détruire la vie de milliers de personnes. On découvre ainsi John Wayne qui dirige la lutte contre Trumbo par conviction patriotique et à qui le scénariste demande ce qu’il faisait pendant la guerre, pendant que lui se battait contre les allemands.

Un biopic qui met en scène Dalton Trumbo, véritable personnage de roman, ambitieux et brillant qui lutte pour ses convictions et sa réhabilitation.

Dalton Trumbo de Jay Roach  avec Bryan Cranston, Diane Lane, Helen Mirren en salle le 27 avril.

 Arielle Granat

Soyez le premier à poster un commentaire