«Chambre froide»
drôle et glaçante

Une grande cuisine design dans une belle maison de banlieue chic des Etats-Unis.
3 femmes, 3 amies de longue date, s’y retrouvent à la fin d’un dîner. Leurs maris monopolisent le salon, les cantonnant dans cette pièce, pendant qu’ils « s’entraînent » au golf, faisant preuve d’une extrême misogynie.

La pièce commence comme une fin de dîner classique entre amis, lorsque les femmes se retrouvent à la cuisine et que les ragots vont bon train. Comme souvent dans ce style de pièce contemporaine, on sent que, sous couvert d’amitié et de couples « parfaits », les apparences sont trompeuses et la soirée va vite déraper.
Sous la belle réussite professionnelle de Nicky (Valérie Karsenti), les choses ne sont pas si simples, entre son bébé qu’elle semble négliger et  son mari accusé de détournement d’argent qui la presse de quitter son travail. Debra (Pascale Arbillot) est une  femme soumise, la « voix de son maître » de mari, et enfin Molly (Anne Charrier)  qui sous ses airs de femme amoureuse d’un mari plein d’égard, vit une réalité toute autre.

CHAMBRE-FROIDE-Photo-Bar-(libre-de-droit-(c)Francois-Berthier)

Au fil de la soirée, les choses vont évidemment dégénérer et une idée folle va germer dans la tête des 3 femmes : se débarrasser des conjoints, ces hommes qui entravent leur liberté depuis tant d’années.
Mais chacune devra convaincre les deux autres d’accepter cette idée macabre.  C’est cynique et on rit beaucoup.  Les répliques fusent et les 3 actrices sont chacune parfaites dans leurs rôles de femmes, partagées entre leur désir de liberté et leur statut d’épouse. Valérie Karsenti mène à la baguette ses 2 amies, dans un rôle d’executive women qui pète les plombs, Pascale Arbillot est émouvante en femme dominée qui ne dit jamais « Je » et Anne Charrier, touchante en femme en quête de maternité, à la recherche de l’amour, séduit par sa naïveté.

Une pièce qui, sous ses airs de comédie, est une charge acide contre le couple, montrant une vision pessimiste de l’amour. L’amitié en prend aussi pour son grade, mais finalement, celle-ci semble être plus forte que la vie de couple. Une « chambre froide » qui provoque des rires grinçants.

 

Chambre froide à la Pépinière théâtre

Texte de Michele Lowe mis en scène par Sally Micaleff.
Du mardi au samedi à 21h et le samedi à 16h, de 22 à 42€.
Réservations : 01.42.61.44.16

 

 

Arielle Granat 

Soyez le premier à poster un commentaire