Bras : On ne les lâche pas !

Avoir-de-beaux-bras-a-50-ans-Les-Boomeuses

Le printemps est là et avec lui, ses robes et tee-shirts sans manche. Hélas, avec le temps, les bras nous en tombent ! Muscles en déroute et peau qui se relâche, on hésite, on complexe, on ne se découvre plus les bras. Alors, comment éviter cet horrible effet chauve-souris ?

Autour de la cinquantaine, même sans prendre de poids, la silhouette a tendance à « changer » à s’alourdir, se relâcher. Jambes, cuisses, fesses et bras sont irrémédiablement attirés vers le bas. S’il est du à un processus de vieillissement naturel – la fonte de la graisse et l’atrophie des muscles qui entraînent le relâchement de la peau – ce phénomène physique peut être ralenti.
Comment ? Par une activité physique régulière soutenue et … la médecine ou chirurgie esthétiques.

Pour un bras de fer réussi

Deux exercices simples peuvent vous aider à garder des bras musclés et lisses plus longtemps.

– Étirer vos bras
Cet exercice permet de tonifier et d’allonger toute la partie du triceps.
Le mouvement : assise sur une chaise, le dos plaqué contre l’appui, montez un bras tendu en l’air dans le prolongement du corps. Fléchissez votre avant-bras derrière le dos, positionnez l’autre main sur le coude opposé et effectuez un étirement en tirant légèrement vers l’arrière. Maintenez la position. Inspirez et expirez tout au long de l’exercice en essayant de garder une respiration lente et progressive. Faites 2 séries de 30 à 40 secondes pour chaque bras.

– Muscler vos bras
Cet exercice est idéal pour remuscler les biceps afin d’avoir plus de force.
Le mouvement : assise, dos plaqué contre l’appui, plantes de pieds au sol, maintenez le buste droit, bras tendus dans le prolongement du corps. Resserrez légèrement les omoplates pour ne pas trop contracter les trapèzes. Fléchissez les bras, l’un après l’autre, en ramenant des haltères de 1 à 2 kg à hauteur des épaules et relâchez progressivement. Expirez en montant les haltères. Inspirez en relâchant. Faites 3 séries de 20 mouvements avec la charge moyenne correspondant à vos capacités.

RAWT-11052MG.1

Médecine esthétique à bras ouverts

A ce jour, pas de solutions vraiment satisfaisantes pour retrouver des bras de jeune fille mais, certaines techniques peuvent, dans certains cas, donner de bons résultats.
C’est au cours du premier rendez-vous avec le médecin ou le chirurgien esthétique qu’est posé le diagnostic qui détermine la méthode la mieux adaptée.

Le remaillage. Il consiste à tisser dans la peau un maillage de fils d’or pour pallier le relâchement cutané. En réaction, la peau fabrique du collagène et des fibroblastes pour lutter contre le corps étranger. Il se produit une inflammation locale et une fibrose des tissus qui se retendent. Le praticien intervient exclusivement sur les triceps. Les indications pour une telle opération sont simples : il faut avoir une peau fine et un relâchement modéré. La durée de l’intervention est d’une heure et les résultats sont visibles pendant 3 à 5 ans.

Il existe également d’autres solutions non invasives rendues possibles grâce à des machines « à remonter le temps ».

-Le Thermage utilise la radiofréquence pour corriger le relâchement cutané modéré du corps. Les ondes chauffent en profondeur (4 à 7 mm) au niveau du derme, les fibres de collagène de la peau et des tissus cutanés tout en préservant l’épiderme. Sous l’effet de la chaleur (60°C), les fibres de collagène se rétractent sans être endommagées. La contraction de ces fibres resserre la peau et, durant plusieurs mois après le traitement, stimule la production de nouveau collagène. Cette réaction retend très bien la peau de l’intérieur des bras par exemple. La durée varie de 15 min à 1 h. Les résultats sont visibles 2 à 6 mois après l’intervention et ont une durée moyenne de 3 à 5 ans. Le coût : environ 2 500 €.

Quant au Titan, il utilise la lumière infrarouge pour renforcer la tenue des tissus et améliorer la tonicité de la peau et l’aspect des plis. C’est le même processus que pour le Thermage : la lumière infrarouge chauffe en profondeur (2 à 4 mm) les fibres de collagène et, sous l’effet de la chaleur (70°C), elles se rétractent pendant plusieurs mois d’affilés. En fonction des cas, une à deux séances sont nécessaires. Les deux premières séances sont obligatoirement espacées de 8 à 15 jours. Immédiatement après le traitement, quelques effets secondaires tels des rougeurs ou un léger gonflement de la zone traitée peuvent apparaître. Ils disparaissent généralement en quelques heures. Les résultats sont visibles au bout de quelques jours à deux mois après la séance et ont une durée moyenne de 3 à 5 ans. Le coût pour l’intérieur des bras : environ 500 €.
La lipolyse au laser endo-graisseux, reconnue pour son action contre la cellulite, pourrait également améliorer sensiblement le relâchement cutané en détruisant les cellules graisseuses des bras.

 

Pour aller plus loin : la chirurgie

La lipoaspiration et le lifting des bras peuvent être la solution aux problèmes de bras mous et tombants. On aspire et on retend. La première phase, la lipoaspiration (aspiration de l’excès adipeux) des bras, doit être réalisée très prudemment et essentiellement sur leur face postérieure pour ne pas détendre la peau. Ensuite, on passe au lifting. La seule façon de lifter un bras est d’enlever un fuseau vertical de peau sur toute la hauteur et de positionner la cicatrice là où elle se voit le moins, c’est-à-dire à la jonction des faces postérieures et internes des bras. Avant l’intervention, un dessin précis du fuseau de peau à enlever est capital (estimation de sa largeur, positionnement, etc.). Pendant près de 2 h, sous anesthésie locale approfondie ou générale, la graisse située sous la peau du fuseau est d’abord entièrement aspirée, puis la peau du fuseau est « désépidermisée » en surface, les tissus sont alors ramenés concentriquement vers le creux axillaire pour la partie haute et horizontalement vers la couture interne pour la partie basse. Avec cette technique, les suites sont simples la plupart du temps, quelques ecchymoses et un œdème, et les complications d’ordre veineux ou lymphatique évitées. La sortie se fait habituellement dans la journée. Les cicatrices, qui commencent à s’estomper au bout d’un an, doivent faire l’objet d’une attention toute particulière dans les mois qui suivent.

 

Corine Allouch 

4 Comments

  • Répondre juin 13, 2015

    Lydia

    C’est pour les bourgeoises la chirurgie, ensuite si j’ai 50 je ne suis PAS une « boomeuse », j’ai connu autant de chomage que de jobs.et c’était déjà la crrrrrriiiiiseuh dans ma jeunesse.
    De plus, me silhouette ne chaaaaaaange pas spécialement, j’ai bien été un peu moins ferme quand j’étais maigrichonne vers mes 40, mais comme, ayant de gros os, je n’aurai jamais les membres minces j’ai décidé de me me muscler et ma silhouette est normale, je connais des dames dont c’est également le cas, et sans chirurgie elles n’en ont pas les moyens non plus, quand on voit les tarifs c’est carrément abusé, question de principe, 1 mois de salaire pour 2 injections, c’est le grand n’importe quoi. De toute façon, l’age que vous avez se devine, chir’ ou non.
    Sérieux, « quinqu », « boomeuse » l’appellation ne vaut pas mieux que « mamie », je trouve que les vieilles dames sont moins ridicules, vieux jeune (je prefere encore les dames trop maquillées en mini) ou vieux vieux ça va, mais jeune vieux c’est triste.

    • Répondre juin 14, 2015

      Les Boomeuses

      Les Boomeuses ne versent absolument pas dans le jeunisme. Bien au contraire aux Boomeuses on dit haut et fort qu’à 50/60 ans on a encore de belles années pour profiter de la vie. Mais chaque femme a le droit de décider si elle assume ou non son corps et si elle a envie de profiter de ce que peut lui apporter la chirurgie ou les injections.
      Et si certaines assument sans problème leurs bras, libres aux autres de trouver des solutions (qui malheureusement sont encore trop chères), il n’y a aucun jugement de notre part. Par contre je suis d’accord avec vous, cela devient triste quand on voit certaines femmes trop refaites qui n’assument absolument pas leur âge.

  • Répondre mai 28, 2015

    yza

    Pour ma part pas de souci au niveau des bras (bon je fais de l’escalade) c’est plutot le haut de l’intérieur des cuisses – Vous avez des trucs pour cette zone là ??

Laisser une réponse