Alaena un joli duo mère fille pour une marque de beauté comme on aime

Alaena est une toute nouvelle marque de beauté fondée par Sylvie Peres, dermatologue installée à Biarritz et sa fille Anne. On aime le concept de cette marque, éthique et responsable, simple et efficace, mais aussi l’histoire d’Alaena qui relie Sylvie, ravissante  femme de 50 ans et sa fille Anne, plein de charme et de peps. Un joli portrait de famille à découvrir.

Alaena_Les boomeuses_soins-comsetqiues_Femmes_50 ans_es Boomeuses

Sylvie Peres et sa fille Anne

Sylvie, vous êtes dermatologue et vous avez décidé de lancer votre gamme de soins cosmétiques. Comment vous est venue l’idée ?

Effectivement, je suis dermatologue, installée sur la Côte Basque depuis 20 ans. Dans les années 2000, j’ai pris conscience de la toxicité de certains ingrédients. J’ai été bouleversée par des cas de cancers atteignant des enfants d’amis, et cela a été l’élément déclenchant. C’était l’époque du plan cancer du président Jacques Chirac, de l’appel de Paris initié par 100 scientifiques dont des prix Nobel. Tout ceci était motivé par l’augmentation très importantes de certains cancers (plus 1% chaque année chez les enfants) et l’on suspectait un lien avec la dégradation de l’environnement, en particulier la présence de molécules toxiques (des CMR Carcinogènes, Mutagènes et Reprotoxiques). C’est le début d’une nouvelle spécialité médicale : la médecine environnementale qui étudie les causes des épidémies modernes que, sont outres les cancers, les troubles de la fécondité, diabète, obésité, maladies neurologiques, mais aussi cardiaques et pulmonaires. Nous avons donc fondé avec des confrères « la coordination santé environnement du pays basque ». Le réalisateur Jean Paul Jaud a participé au début de notre association avec son film « Nos enfants nous accuseront ». Il a beaucoup aidé à la compréhension de cette triste réalité. Je me rends compte alors que ces ingrédients toxiques, dénoncés dans l’appel de Paris sont présents dans les cosmétiques et produits d’hygiène que je prescris. On ne change pas sa pratique du jour au lendemain, surtout en médecine. Je rencontre donc des professeurs en dermatologie qui ne donnent pas de réponse quant à mes doutes. Je me remets alors à faire des préparations magistrales en pharmacie, comme autrefois, ce qui me permet de choisir seulement les ingrédients naturels les plus efficaces et les plus sûrs, pour faire mes propres formules. Je me rends compte qu’une autre cosmétologie est possible et souhaitable. Et lorsque ma fille Anne me propose de créer la marque Alaena, c’est un réel plaisir. Personnellement, on peut parler de conversion. Il faut dire aux lectrices que cela prend des mois.

J’ai d’abord changé notre alimentation et il faut reconnaitre que c’est compliqué au début mais après on se sent en harmonie.

Car depuis longtemps au fond de nous on sent que quelque chose ne va pas, que ces légumes trop beaux qui ressemblent aux jouets en plastique des dinettes, ces plats préparés ne sont pas bons pour nourrir ceux qu’on aime. Et après on est récompensé car on retrouve les vrais parfums des aliments. Mes patientes viennent me voir à ce stade car la désinformation dans le domaine du cosmétique est énorme (naturel ? huile minérale ? sans paraben ? 0% ?). Elles sont perdues ; Alaena est une réponse à tout cela.

Dès le début vous vouliez travailler avec votre fille ? 

Mes filles ont grandi dans les polémiques au sujet du bio ou de mes activités associatives pour lutter contre la pollution des eaux de baignade. Quand elles étaient adolescentes, à la maison nous n’avions pas la même alimentation, les mêmes marques, que leurs amies. Ce n’était pas facile mais elles ont compris. Elles ont aussi suivi mes premiers tests cosmétiques, lorsque j’ai commencé à faire des préparations magistrales. Elles étaient finalement plus exigeantes sur le parfum, les textures.
Et lorsque Anne, ma deuxième fille, m’a proposé de créer cette gamme, cela a été un grand bonheur, pour le plaisir d’échanger, de construire ensemble mais aussi cela me donne un outil de travail précieux : je ne pouvais rêver mieux.

Et vous Anne, dès le début vous souhaitiez travailler avec votre mère ?

En fait j’ai commencé par travailler avec mon papa, chirurgien esthétique, lorsque nous avons ouvert le Spa Alaena à Biarritz. J’avais déjà un petit peu en tête l’idée d’une gamme de produits cosmétiques, et c’était évident que je la créerais avec maman. C’est elle qui a toute l’expertise dans la formulation, pour le choix des ingrédients les plus sûrs et les plus efficaces. Nous avons commencé par étudier le marché, rechercher des fournisseurs et puis on s’est lancées !

Est-ce que le fait d’être en duo avec votre fille a motivé la création de Alaena ?

Oui, c’est évident. C’était un rêve d’avoir une gamme cosmétique répondant à mes convictions : efficacité dermatologique, sécurité de la charte bio et raffinement dans le soin quotidien, pour retrouver le charme des nécessaires de toilette et non des tubes en plastique. Mais avec mon activité médicale, je n’en avais pas le temps, ni les compétences d’ailleurs. Ma fille a apporté toute ses connaissances du monde de l’industrie, de la création d’une entreprise, des nouveaux modes de communication.

Anne, cela se passe comment de travailler en famille, avec vos sœurs ? Votre mère ?

Avant de me lancer dans cette aventure j’ai eu quelques expériences dans des grands groupes, et ce que j’aime le plus dans le travail en famille c’est qu’on est 100% nous mêmes (on ne peut pas tricher !) et on dit toujours ce qu’on pense. Comme nous avons tous de forts caractères, le ton monte parfois mais on finit par se mettre d’accord. La chance que l’on a c’est d’avoir des compétences complètement différentes. Quand il s’agit d’une décision sur la formulation c’est maman qui tranche, si c’est plutôt un aspect business, je prends la décision finale.
Pour l’instant mes sœurs ont d’autres projets professionnels, mais elles sont très impliquées et je leur demande toujours leur avis.

Sylvie, parlez-nous d’Alaena ?

Nous souhaitions créer la première marque de cosméceutique bio. Le terme cosméceutique marque le rapprochement entre la cosmétique et le médical. Alaena est une marque de cosméceutique au sens où nos formules sont hautement concentrées en actifs et approuvées par le milieu médical. La sélection des actifs est inspirée de la médecine esthétique, avec l’utilisation de l’acide hyaluronique, des vitamines, antioxydants, acides aminés et alpha hydroxy acides (AHA).
Nous avons travaillé pendant plus de deux ans sur la formulation de nos produits et le développement d’un ingrédient breveté, l’extrait de graines germées ALAENA®. L’efficacité de nos formules a été prouvée par des tests in vitro, démontrant un effet antivieillissement sur fibroblastes humains. Nous voulions offrir des produits alliant l’expertise médicale dans la formulation à la sécurité des ingrédients bio. C’est important pour nous d’avoir cette certification bio, car c’est une garantie qui protège le consommateur. L’ensemble de nos produits sont certifiés bio, par l’organisme Ecocert COSMOS. Nous avons une charte de formulation très stricte qui exclut plus de soixante ingrédients contestés pour leur toxicité. Nous avons voulu créer une marque éthique et responsable, à l’image de nos valeurs. Tous nos packagings sont recyclables, et nous favorisons l’usage du verre plutôt que du plastique. L’ensemble de notre fabrication est réalisé en France, dans une démarche écologique de respect de l’homme et de l’environnement. Nos fournisseurs de matières premières ont été soigneusement choisis pour la qualité de leur travail et leur sensibilité écologique.

Alaena_Les boomeuses_soins-comsetqiues_Femmes_50 ans_LEs Boomeuses

A quelles femmes s’adresse la marque ?

Notre gamme s’adresse à toutes les femmes qui ne veulent plus faire de compromis entre l’efficacité et la sécurité. En quête d’un rituel de soin hautement performant, pour un résultat visible, elles sont également conscientes de la toxicité de certains ingrédients qu’il faut éviter, et des bénéfices d’une formule bio.

Cela se passe comment le travail en famille ? 


C’est formidable ! Avec mon mari, nous étions un peu déçus de transmettre si peu à nos enfants des métiers que nous aimons, car aucune n’avait choisi de faire des études de médecine. Lorsque Anne m’a proposé de créer la gamme Alaena (mélange des prénoms de nos 3 filles) cela a été un réel bonheur. Nous venons d’horizons différents et l’échange de connaissances est passionnant. La création d’entreprise est toujours stressante, et cela l’est encore plus quand on se lance avec sa fille, mais j’ai une grande confiance en elle.

Sylvie, cela a t’il changé vos rapports familiaux ?

Non, je ne crois pas. J’avais déjà beaucoup d’admiration pour mes filles et donc pour Anne. En travaillant près d’elle je peux apprécier tous les jours sa rigueur, son efficacité, sa maturité. Elle m’apprend beaucoup… juste retour ! Mais peut être le meilleur est-il dans notre complicité, la compréhension au-delà des mots.

Et pour vous Anne ? 

Je ne crois pas non plus. On a toujours été très proches et partagé beaucoup d’activités. On continue à partir en vacances tous ensemble au mois d’août pour surfer, et ça c’est le plus important !

Vous avez deux autres filles, vont-elles rejoindre l’aventure ?

Je suis assez maman poule donc j’aimerais garder mes enfants sous mon aile, même si j’adore qu’elles partent découvrir le monde. Je rêve un peu qu’Alaena permette à chacune de s’épanouir dans son domaine, que chacune apporte sa pierre.

Voyez-vous votre mère différemment depuis ?

Oui, je l’admire encore plus ! Quand j’étais petite, je voyais cela comme une contrainte de devoir manger bio. C’est vrai qu’il y a 15 ans, c’était une des premières convaincues. Elle passait son temps à se renseigner sur la dangerosité des aliments et des cosmétiques. Elle cherchait des solutions pour améliorer notre qualité de vie, et celle de ses patients.
Maintenant je me rends compte qu’elle a été un peu pionnière, et plus je travaille avec elle, plus je découvre toutes ses connaissances sur la peau, ses besoins, mais aussi sur l’alimentation et l’écologie.

Sylvie, c’est quoi être une Boomeuse ?

Il faut être lucide à partir d’un certain âge on ne joue plus dans la même cour. J’essaie de vieillir en harmonie, de rester fidèle à celle que j’étais. Je pratique le Yoga qui m’apprend à trouver mon équilibre, savoir ce qui est juste pour moi.

 50 ans, l’âge de nouveaux projets ?

Il est vrai que professionnellement c’est l’âge où l’on a de l’expérience, mais également une routine, une lassitude peut s’installer. L’aventure Alaena est merveilleuse, c’est une ouverture sur un nouveau monde. J’applique mes connaissances dermatologiques dans le domaine de la création cosmétique. Il a fallu choisir des actifs parmi la biodiversité, créer un parfum, s’occuper du design du packaging, c’est passionnant.

Les avantages et inconvénients de la cinquantaine ?

Les générations de femmes qui nous ont précédées ont dû renoncer sur certains points. C’était difficile pour nos mères de s’épanouir en tant que femmes, mère, épouse et de travailler. Aujourd’hui cela devient possible (dans notre monde européen) et je les en remercie. Mais cela demande beaucoup d’exigence pour tout concilier à tout âge, sans oublier la douceur et le plaisir au quotidien.

 Anne, les projets  pour Alaena ?

Aujourd’hui nous lançons une gamme de 8 produits visage : trois crèmes hydratantes, la Crème hydratante anti-âge, la Crème hydratante peau mixte et la Crème hydratante peau sensible ; deux produits de soins, le Masque hydratation intense et le Peeling acides de fruits ; ainsi que trois produits de nettoyage, l’Huile démaquillante, le Savon mangue & avocat et la Brume d’eau.
La gamme va être élargie avec des produits corps ainsi qu’une crème solaire et une crème cicatrisante.
Nous souhaitons poursuivre nos recherches pour offrir des ingrédients toujours plus performants et des textures naturelles innovantes. Nous allons continuer à nous engager pour une beauté plus saine, que notre travail permette de redonner à la cosmétique bio ses lettres de noblesse, que ce soit une référence dans le milieu médical.

 

Alaena_Les boomeuses_soins-comsetqiues_Femmes_50 ans_Les Boomeuses

 

Alaena est en vente sur le site de la marque.

Propos recueillis par Arielle Granat

 

Soyez le premier à poster un commentaire